Inquiétude sur la recrudescence de paludisme au Tchad

Transmise aux humains par des piqûres de moustiques, le paludisme a causé 409 000 décès en 2019, dont 94% en Afrique.
Transmise aux humains par des piqûres de moustiques, le paludisme a causé 409 000 décès en 2019, dont 94% en Afrique. © iStock/Kwangmoozaa

Au Tchad, le paludisme est un enjeu de santé publique majeur. Mais cette année encore, les hôpitaux de la capitale restent débordés.

Publicité

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

C'est la première cause de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans. La recrudescence des cas de cette maladie parasitaire mortelle inquiète énormément, surtout pour la période de juillet à octobre. C'est pendant cette période pluvieuse que le pays enregistre le pic des cas de contamination.

Le gouvernement de transition a lancé mi-juillet son programme de lutte contre le paludisme avec traitement préventif, lutte contre l'insalubrité et distribution de moustiquaires imprégnés. Reportage à l’hôpital de Chagoua.

Les consultations s'enchaînent à l'hôpital de Chagoua

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail