Mali: le Premier ministre Choguel Maïga a présenté son plan de sortie de crise

Choguel Maïga, Premier ministre du nouveau gouvernement malien.
Choguel Maïga, Premier ministre du nouveau gouvernement malien. © AFP/Annie Risemberg

Le Premier ministre malien Choguel Maïga s’est présenté ce vendredi 30 juillet à Bamako devant les membres nommés du Conseil National de la Transition (CNT), qui joue le rôle d’Assemblée nationale. Il a décliné le Plan d’action du Gouvernement (PAG) autour de 4 points essentiels : renforcement de la sécurité ; réforme politique ; élection et bonne gouvernance.

Publicité

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Pour le Premier ministre Choguel Maïga, « Le Mali est un grand corps malade qui a besoin d’une thérapie ». Il propose – permettez l’expression – trois médicaments.

D’abord, une gouvernance de rupture. Dans ce registre, il annonce une lutte contre l’impunité, contre la corruption… L’air est connu, mais il ajoute la réduction du train de vie de l’État. 

Réformes sécuritaires et institutionnelles

Autre remède : les réformes sécuritaires. Devant les membres du CNT, le Premier ministre malien a déclaré que son gouvernement mettra à la disposition de l’armée, les moyens humains, matériels. Il prévoit également un nouveau plan de sécurisation du pays, avec un redéploiement de l’administration dans les zones où elle est absente. 

Autre ambition, les réformes politiques et institutionnelles, avec à la clé, des assises nationales de la refondation, et une conférence sociale. 

Pour sortir le Mali de la crise, il faut aussi des élections. Choguel Maïga s’engage à respecter les dates fixées fin février 2022… Et là comme médicament, il y aura un organe unique de gestion des scrutins transparents pour obtenir la transparence. Ce PAG a un coût : 2050 milliards de francs CFA.  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail