L'Algérie pressée de reprendre la main sur le dossier libyen

Plusieurs fois ambassadeur, médiateur dans plusieurs conflits africains, l’ancien chef de la diplomatie Ramtane Lamamra est de retour au gouvernement comme ministre des Affaires étrangères.
Plusieurs fois ambassadeur, médiateur dans plusieurs conflits africains, l’ancien chef de la diplomatie Ramtane Lamamra est de retour au gouvernement comme ministre des Affaires étrangères. AFP/File

La reprise des liaisons aériennes, maritime et terrestre entre Alger et Tripoli devrait intervenir prochainement. Alger affirme que cette dernière est « techniquement prête ». Derrière ces annonces, il y a la volonté algérienne de revenir en force dans le dossier libyen.

Publicité

Une reprise des liaisons aériennes et l'ouverture d'une ligne maritime entre Alger et Tripoli pourront intervenir prochainement. Le sujet a de nouveau été examiné dimanche lors d'une réunion entre l'ambassadeur libyen à Alger et le ministre algérien des Transports. La reprise interviendra « dans les meilleurs délais » selon le communiqué du ministère. Des discussions ont également eu lieu, entre les deux pays voisins pour la réouverture de la frontière.

Ce n'est pas la première fois que ce sujet de reprise de transports entre la Libye et l'Algérie est soulevé. Déjà en mai dernier, ces mêmes questions avaient été discutées par les deux ministres de deux pays sans que cela se concrétise. Pourtant, les deux parties ont insisté sur la « nécessité de reprise de ces liaisons », suspendues depuis plusieurs années notamment pour des raisons sécuritaires.

Alger multiplie les gestes envers son voisin

Depuis l'arrivée au pouvoir en Libye du gouvernement d'union nationale, Alger multiplie les gestes envers son voisin : les responsables du nouvel exécutif ont été invités et reçus à plusieurs reprises à Alger, et l'Algérie veut jouer le médiateur et dit œuvrer pour la réconciliation et l'unité nationale en Libye. Lors de la visite du président libyen Mohamad el Mnefi à Alger la semaine dernière, le président Tebboune a exprimé la « disposition » de son pays à soutenir la Libye, « ce pays frère » dans différents domaines.

Ce pas s'inscrit, selon Alger, dans le cadre de « l'intensification des relations fraternelles et de coordination » entre les deux pays. Alger a ainsi aidé Tripoli en lui envoyant de l'oxygène et des techniciens pour pallier la coupure d'électricité. Un forum d'investisseurs des deux pays a été organisé et des sociétés algériennes ont signé des contrats d'investissements en Libye.

L'Algérie ambitionne de retrouver son influence en Libye tout comme au Sahel avec en chef de file Ramatane Lamamra, ministre vétéran des Affaires étrangères. Il a d'ailleurs annoncé que la prochaine réunion des pays voisins de la Libye aura lieu bientôt à Alger.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail