Mali: des chrétiens choqués par des propos tenus par le ministre des Affaires religieuses

Une vue aérienne de Bamako, la capitale du Mali. (Image d'illustration)
Une vue aérienne de Bamako, la capitale du Mali. (Image d'illustration) GettyImages

Vif émoi dans les rangs du Collectif des intellectuels chrétiens du Mali pour la cohésion sociale, la bonne gouvernance et la paix. Ses membres ont condamné, jeudi 12 août, les récents propos tenus par le ministre malien des Affaires religieuses et du Culte, Mahamadou Koné. Selon le collectif, lors d’une rencontre publique sur la situation socio-politique du Mali, ce dernier a qualifié le pays de « République islamique » et laissé entendre que tout projet de loi qui ne serait pas en conformité avec les principes de l’islam pourrait être rejeté. Dans la journée du vendredi 13 août, le ministère a tenté de calmer le jeu.

Publicité

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Au cours d’une récente sortie publique, le ministre malien des Affaires religieuses et du Culte, Mahamadou Koné, s’adresse à son auditoire : « Y compris d’autres situations qui s’imposent dans notre République islamique. »

Le caractère laïc du Mali remis en cause ?

C’est la phrase qui crée un vif émoi au sein du Collectif des intellectuels chrétiens du Mali pour la cohésion sociale, la bonne gouvernance et la paix. Son porte-parole, Yuhan Coulibaly, s’insurge : « Nous condamnons, avec la dernière énergie, les propos tenus par le ministre des Affaires religieuses et des Cultes. Une telle déclaration met clairement en cause le caractère laïc de notre pays inscrit clairement dans sa Constitution ».

Le collectif soupçonne par ailleurs le ministre des Affaires religieuses de vouloir faire deux poids deux mesures lorsqu’il s’agit des musulmans ou des catholiques. Au Mali, pays laïc, plus de 90% de la population est de confession musulmane. Mais chrétiens et musulmans ont toujours rejeté toute forme d’extrémisme et vivent en harmonie. D’où l’appel des membres du collectif à l’endroit du gouvernement. « Nous interpellons le gouvernement afin qu’il y ait des rappels à l’ordre de ministre, ou de toute autre personne qui s’aventurerait sur ce terrain », poursuit Yuhan Coulibaly.

Structure de veille

Après la sortie du Collectif, le ministère malien des Affaires religieuses a qualifié « d'erreur de langage » les propos du ministre, dont la langue a fourché. « Le Mali est et demeure un pays laïc », rappelle le ministère.

Le Collectif des intellectuels chrétiens du Mali entend créer une structure de veille afin de suivre de près la suite des événements.

À lire aussi : Mali: entre Bamako et Gao, une perception de l'insécurité très différente

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI