Pour l'Angola, la pollution de la rivière Kasaï doit faire l'objet de négociations avec la RDC

Ambiance le long de la rivière Kasaï (image d'illustration).
Ambiance le long de la rivière Kasaï (image d'illustration). AFP - JUNIOR D. KANNAH

La récente pollution de la rivière Kasaï doit faire l'objet de négociations entre l'Angola et la République démocratique du Congo (RDC), estiment les autorités de Luanda. 

Publicité

Cette pollution des eaux aurait pour origine une avarie dans la mine de diamant Catoca, en Angola. Mais le ministre angolais de l'Environnement, Jomo Fortunato, estime que l'Angola est, lui aussi, victime d'une pollution aux hydrocarbures à Matadi, en RDC, et qu'il faut inclure ce problème aux discussions bilatérales : « Au sujet de la fuite de l'entreprise Catoca, nous estimons qu'il s'agit d'un faux problème. D'ailleurs, il y aura une réunion, le 11 septembre prochain, de la commission mixte qui rassemble les ministres des Affaires étrangères des deux pays, précisément pour tenter de résoudre ce problème. »

« Cela fait un moment que je dis que nous allons déboucher sur une négociation, précise encore Jomo Fortunato. Car de notre côté nous avons - non pas en tant que monnaie d'échange - mais il est important que la communauté internationale et nationale sache qu'il y a aussi une pollution au niveau de Matadi qui a touché le fleuve Congo, c'est-à-dire le fleuve Zaïre. Nos relations sont excellentes entre l'Angola et la République démocratique du Congo, je suis certain que tout finira par être réglé à la table des négociations. Ces problèmes doivent toujours être résolus par le biais de la négociation. »

À lire aussi : RDC: la société angolaise mise en cause dans la pollution de la rivière Kasaï minimise les faits

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI