Guinée: derniers préparatifs avant les concertations nationales

Une affiche du colonel  Doumbouya, chef de la junte guinéenne, à Conakry, le 11 septembre 2021.
Une affiche du colonel Doumbouya, chef de la junte guinéenne, à Conakry, le 11 septembre 2021. AFP - JOHN WESSELS

Les concertations nationales doivent débuter ce mardi 14 septembre. Toute la semaine, le Comité national de rassemblement et du développement (CNRD) invite « toutes les forces vives de la nation » à des rencontres au Palais du peuple.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Conakry, Charlotte Idrac

Pour ces concertations nationales, le programme s’annonce chargé. Dès ce mardi 10h, ce sera le début au Palais du peuple d’un marathon avec des créneaux prévus toutes les deux heures. Les leaders politiques ouvriront le bal, sachant que les partis n’ont pas été identifiés. En effet, il n’y a pas d’invitation personnalisée, donc en théorie, les représentants de toutes les formations peuvent y aller.

Globalement, cette initiative est bien accueillie par ces partis, pour « prendre contact avec la junte », pour « entamer le dialogue ». Enfin, concernant le RPG d’Alpha Condé le président, les cadres du parti sont réunis pour discuter d’une éventuelle participation.

Transition toujours floue

Ce mardi, en plus des partis politiques, sont attendus les représentants des coordinations régionales et les chefs religieux. Mercredi, ce sera au tour de la société civile, des missions diplomatiques, et des associations des Guinéens de l’étranger. Jeudi, les concertations sont ouvertes aux patrons des sociétés minières et aux organisations patronales. Enfin vendredi, les derniers attendus seront les directeurs de banques et les représentants des syndicats.

Plusieurs acteurs se posent déjà la question du format, de l’organisation de ces rencontres, pour pouvoir échanger avec autant de monde en peu de temps. Ces concertations sont en tout cas une première étape pour préparer la transition qui reste très floue pour l’heure, huit jours après le coup d’État.

Je me demande quel est le mécanisme qu'ils vont utiliser pour avoir des discussions sérieuses et concrètes.

Alseny Sall, de l'Organisation guinéenne des droits de l’homme

Selon Kabinet Fofana, président de l’Association guinéenne de sciences politiques, ce dialogue est « assez classique suite à un coup d'Etat ». Il estime que ces concertations ont pour objectif de « recueillir l’avis des organisations conventionnelles, savoir comment ils appréhendent la transition. Les organes, la durée, qui doit jouer tel ou tel rôle…» Mais l'analyste pense aussi « que cette opération pourrait s’apparenter à une opération de charme, de légitimation du pouvoir de Doumbouya. »

Kabinet Fofana considère que le CNRD sera probablement davantage dans l'écoute que dans la proposition. « Je pense que le colonel et ses amis jouent la prudence. On a déjà vu ce qu’il s’est passé en 2008, Dadis était perçu comme quelqu’un de très loquace. Le fait d’être moins bavard n’est pas un problème, c’est plutôt le fait qu’on ait pas de visibilité sur la transition pour le moment. Je pense qu’ils bénéficient d’une confiance qui fait que les gens se disent : "donnons-leur du temps". Mais ça ne devrait pas non plus durer. »  

Pour moi c’est une bonne chose. Peut-être que cela leur permet d’identifier les besoins des différentes composantes de la société guinéenne. Pour essayer de faire une cartographie dans le cadre de la mise en place de l’aide au développement.

Qu’attendent les populations de ces concertations ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail