RDC: le journaliste Sosthène Kambidi accusé d'association de malfaiteurs et de terrorisme

Le journaliste congolais Sosthène Kambidi a été inculpé d'association de malfaiteurs et de terrorisme.
Le journaliste congolais Sosthène Kambidi a été inculpé d'association de malfaiteurs et de terrorisme. © Getty Images/Spaces Images

Le correspondant de l’Agence France-Presse et d’Actualité.cd à Kananga, collaborateur occasionnel de RFI, reste en détention. Les audiences devraient reprendre après-demain devant la justice militaire de RDC. Sosthène Kambidi travaille sur le double assassinat, en 2017, des experts de l'ONU au Kasaï. Les autorités souhaitent savoir d'où viennent ses informations.

Publicité

Le journaliste Sosthène Kambidi avait été interpellé à Kinshasa dans la nuit de lundi à mardi. Il a été auditionné une première fois ce mercredi en fin de journée et a pu bénéficier de l'assistance d'un avocat, maître Kabongo.

Ce dernier reste optimiste pour la suite de la procédure judiciaire : « Il est poursuivi pour certaines infractions, notamment d’association de malfaiteurs, de terrorisme et d’insurrection. Je l’ai vu, j’ai assisté à son audition pendant plus de six heures. Je peux affirmer qu’il va bien, même si les conditions de détention ne sont pas les conditions préférables. Il a le moral au beau fixe, il garde son courage et son sourire. C’est pour la première fois qu’il est entendu, donc on espère qu’avec l’évolution de l’instruction, il y aura des éléments qui pourront nous permettre de dire que les faits peuvent être qualifiés ou requalifiés autrement. »

Selon nos informations, le parquet cherche à connaître l'origine de ses informations sur le meurtre de deux experts de l'ONU en 2017 au Kasaï et à savoir comment il est entré en possession de la vidéo de leur exécution.

De son côté, Thomas Fessy, représentant de l'ONG de défense des droits de l'homme Human Rights Watch pour la RDC, est inquiet des conditions de cette arrestation et des informations faisant état d’une éventuelle inculpation :

« La nouvelle de l'arrestation en début de semaine de Sosthène Kambidi et de désormais sa détention qui se prolonge est inquiétante. Parce que voilà un journaliste qui depuis le double meurtre des experts de l'ONU a contribué aux enquêtes journalistiques qui ont permis de mettre bout à bout plusieurs éléments du puzzle. Voilà quatre ans que le procès piétine. On se retrouve avec des procédures soit suspendues soit menées avec longueurs, des prévenus morts en détention dans des circonstances douteuses, d'autres qui se sont évaporés, des prévenus qui ont été inculpés, mais qui n'ont jamais été cités lors des audiences. Et surtout une instruction qui semble éviter à tout prix les pistes et indices qui pointent vers une responsabilité de l'État. »

Cette détention prolongée inquiète l'Union nationale de la presse congolaise (UNPC). Son président, Gaby Kuba Bekanga, dit avoir confiance dans la justice de son pays, mais rappelle qu'un journaliste ne devrait pas être contraint de révéler ses sources :

L'union nationale de la presse du Congo est vivement préoccupée par l'arrestation de notre confrère Sosthène Kambidi.

Gaby Kuba Bekanga sur la détention du journaliste Sosthène Kambidi

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI