Tchad: le siège du parti Les Transformateurs perquisitionné

Succès Masra, à la tête du parti d'opposition Les Transformateurs, n'a pas souhaité figurer au gouvernement de transition.
Succès Masra, à la tête du parti d'opposition Les Transformateurs, n'a pas souhaité figurer au gouvernement de transition. © David Baché/RFI

La police a perquisitionné ce dimanche le siège du parti politique Les Transformateurs de l’opposant Succès Masra. Une descente motivée par une réquisition du procureur de la République demandant que le drapeau national qui flotte sur le siège soit retiré.

Publicité

Avec notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako

C’est à 6 heures ce dimanche matin que des policiers se sont présentés au siège des Transformateurs, munis d’un mandat signé par le procureur le 8 octobre annonçant qu’ils viennent perquisitionner.

Le bâtiment est fouillé et les policiers sont repartis avec le drapeau tchadien qui flottait sur le siège, des drapelets que Les Transformateurs utilisent lors de leurs manifestations et cinq seaux contenant des douilles de grenades lacrymogènes. Ces grenades avaient été tirées sur le siège des Transformateurs le 2 octobre dernier et avaient été ramassées pour être constatées par un huissier.

Pendant la perquisition, les militants et journalistes alertés ont tenté de se rapprocher du siège du parti, mais ils en ont été empêchés par la police qui s’est massivement déployée dans le secteur. Le président du Parti socialiste sans frontières, Yaya Dillo, venu soutenir son collègue, a aussi été éconduit.

Dans un communiqué diffusé dans la matinée, la police a indiqué avoir agi sur ordre du procureur de la République et a rappelé que le drapeau tricolore, symbole de l’État, ne doit pas être déployé dans « un domicile privé ».

Mais pour le président des Transformateurs Succès Masra, la police n’a pas respecté les règles en matière de perquisition. « Ils ont dit qu’ils avaient un mandat de perquisition. Ce qui est curieux parce qu’on est un dimanche, à 6h. Qu’il y ait un mandat de perquisition, au moins qu’ils le transmettent pour que j’en prenne connaissance. Ils ont refusé. Je vois un document qu’ils ont en main mais qui parle de perquisition au domicile de Succès Masra. Alors je leur rappelle qu’on est ici au siège du parti. Je demande le document avant qu’ils procèdent à quoi que ce soit. Ils refusent de me le remettre. »

Sollicité pour répondre sur ce point de droit, le porte-parole de la police n’a pas répondu à notre demande d’interview.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI