Au Nigeria, Antony Blinken dresse les priorités de l'administration américaine en Afrique

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a entamé au Kenya mercredi 17 novembre 2021 sa tournée africaine qui l'a conduit également au Nigeria et au Sénégal.
Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a entamé au Kenya mercredi 17 novembre 2021 sa tournée africaine qui l'a conduit également au Nigeria et au Sénégal. REUTERS - POOL

Le secrétaire d'État américain effectue une tournée en Afrique. Au cours de son étape au Nigeria ce vendredi 19 novembre, Antony Blinken a annoncé que les États-Unis vont organiser un sommet dans un mois avec les dirigeants africains pour renforcer les liens avec le continent. Ce matin, devant les diplomates de la Communauté des États d'Afrique de l'Ouest à Abuja, Antony Blinken a prononcé un discours dressant les priorités de la diplomatie américaine en Afrique. 

Publicité

Selon Antony Blinken, l'administration Biden « croit fermement qu'il est temps de cesser de traiter l'Afrique comme un sujet géopolitique - et de commencer à la traiter comme l'acteur majeur qu'elle est devenue ».  

« Nous ferons les choses différemment », assure le diplomate américain, face aux ambassadeurs des pays membres de la Cédéao: « Trop de fois, les pays ont été traités comme des juniors, plutôt que comme des partenaires égaux », reconnaît-il. 

« Les États-Unis ne veulent pas limiter vos partenariats avec d'autres pays », explique Antony Blinken. « Nous voulons renforcer davantage nos partenariats... nous ne voulons pas que vous fassiez un choix, nous voulons vous donner des choix », poursuit le chef de la diplomatie américaine.  

Sans jamais citer son concurrent chinois, Antony Blinken préfère mettre l'accent sur ce qu'il dit être des « intérêts communs » entre les États-Unis et l'Afrique : la santé, le changement climatique, la sécurité, la démocratie et la croissance. « Les Américains et les Africains partagent le désir de vivre dans des endroits où leurs droits sont respectés, où leurs voix sont entendues et où leurs gouvernements leur répondent et agissent pour eux. En travaillant ensemble, nous pouvons soutenir la démocratie, dans notre pays et partout dans le monde. »

Ainsi, sur le plan économique, « nous voulons créer des emplois qui bénéficient aux communautés locales », souligne Antony Blinken, qui réaffirme sa volonté de lutter contre la corruption. Washington salue la création de la Zone de libre échange continentale porteuse, selon Antony Blinken, d'une véritable croissance économique.

Antony Blinken poursuit sa visite samedi au Sénégal. Des entretiens sont prévus avec le président Macky Sall –qui assurera la présidence de l’Union Africaine à partir de février 2022- et la ministre des Affaires étrangères Aïssata Tall Sall. Une rencontre avec le secteur privé et une visite de l’Institut Pasteur de Dakar sont également au programme.

Son prédécesseur, Mike Pompéo, s’était déjà rendu à Dakar en février 2020. Le Sénégal, considéré par les Etats Unis comme « un modèle de stabilité démocratique » en Afrique francophone, est une étape « incontournable » pour les diplomates américains explique le professeur Ousmane Sène, directeur du WARC, le West African Research Centrer basé à Dakar

Ce qu’il faut attendre ? peut-être le renforcement des liens entre le Sénégal et les Etats-Unis.

Ousmane Sène, directeur du WARC, le West African Research Centrer basé à Dakar

À lire aussi Nigeria : armement, vaccins et violences policières au cœur de la rencontre Buhari-Blinken

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail