Agressions anti-LGBT au Cameroun: HRW dénonce l’absence de réaction des autorités

Vue de Yaoundé, capitale du Cameroun. (Photo d'illustration)
Vue de Yaoundé, capitale du Cameroun. (Photo d'illustration) Tim E. White/Getty Images

Au Cameroun, les agressions contre la communauté LGBTQI+ se multiplient, non seulement de la part des citoyens, mais aussi et de plus en plus par des policiers. Au moins 27 agressions ont été recensées cette année par Human Rights Watch qui met en cause l’absence de réaction des autorités

Publicité

Jointe par RFI, Illaria Allegrozi, chercheuse spécialiste du Cameroun au sein de l'ONG Human Rights Watch, souligne que la loi camerounaise criminalise les comportements homosexuels et que l’absence de réaction des autorités est en cause face à cette hausse des agressions contre la communauté LGBTQI+ (lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes et asexuelles).

« Au Cameroun, la loi criminalise les comportements homosexuels et cela contribue à ce que les personnes LGBT courent des risques d’être maltraitées, torturées, intimidées et agressées dans la rue. Et tout cela, sans conséquences pour les auteurs de ces actes. On devrait pourtant s’attendre à ce que le gouvernement convienne que tuer, violer, agresser, intimider quelqu’un en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre n’est pas acceptable.

Mais ce n’est pas le cas et cela donne justement le feu vert aux voyous, aux foules violentes, comme celle qui a agressé cette personne intersexuée la semaine passée. Il y a un silence complice qui préoccupe et qu’il faut briser. Les autorités camerounaises devraient condamner les agressions, devraient lancer un message fort que ce genre de crimes ne sont pas tolérés. »

► À lire aussi : Cameroun: HRW dénonce la recrudescence des mesures policières contre les personnes LGBT

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail