Le Sénégal et la Mauritanie lancent le projet de construction du pont de Rosso

Une jetée à Rosso, côté Mauritanien de la frontière avec le Sénégal sur le fleuve Sénégal (image d'illustration).
Une jetée à Rosso, côté Mauritanien de la frontière avec le Sénégal sur le fleuve Sénégal (image d'illustration). Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0 Lyfengine

La première pierre du projet de construction du pont de Rosso – qui reliera la Mauritanie et le Sénégal – sera posée ce mardi 30 novembre en présence des chefs d’Etats sénégalais et mauritanien. Marquant ainsi le début des travaux d’un ouvrage stratégique qui reliera les deux pays séparés par le fleuve Sénégal. 

Publicité

Avec notre correspondant à Saint-Louis, Brahim Touré

Soixante milliards de francs CFA, soit un peu moins de 92 millions d’euros. C’est le coût du projet de construction du pont de Rosso. Un pont long d’un kilomètre et demi et dont les travaux devraient durer environ 30 mois.

Ce pont - issu d’une volonté commune des présidents sénégalais Macky Sall et mauritanien Mohamed Ould Ghazouani - devrait permettre aux populations de traverser plus facilement et rapidement le fleuve Sénégal qui sépare les deux pays. Une frontière naturelle qui a toujours constitué un obstacle majeur à la mobilité des personnes et des biens.

Cette infrastructure va également permettre une meilleure intégration régionale, avec en toile de fond l’élargissement du réseau routier qui va relier Tanger au Maroc, à Lagos au Nigeria en passant par Nouackchott, Dakar et Abidjan.

Les premiers bénéficiaires de ce projet, les habitants de la région de Saint-Louis du Sénégal et de la région du Trarza en Mauritanie, sont également attendu aujourd’hui pour la cérémonie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail