Covid-19: le variant Omicron prédominant en Afrique du Sud, selon l'OMS

Lors d’une conférence de presse, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a donné davantage d’informations sur le nouveau variant Omicron qui inquiète l'ensemble de la planète.

Une professionnelle de santé réalise un test PCR à Abuja, au Nigeria, le 29 novembre 2021, autre pays où l'on a détecté le variant Omicron.
Une professionnelle de santé réalise un test PCR à Abuja, au Nigeria, le 29 novembre 2021, autre pays où l'on a détecté le variant Omicron. AP - Gbemiga Olamikan
Publicité

Mercredi 1er décembre, les scientifiques de l’OMS Afrique ont donné des détails au cours d'une conférence en ligne et ils ont confirmé que le variant Omicron prenait le pas sur les autres variants du Covid-19, en particulier en Afrique du Sud.

Le variant Omicron est aujourd'hui prédominant en Afrique du Sud, a confirmé la microbiologiste Anne Von Gottberg. Il était présent dans 75% des séquençages d'échantillons en novembre et est en train de créer une quatrième vague de Covid-19 dans ce pays, avec 8 000 nouveaux cas mardi et probablement 10 000 ce mercredi, prédit la scientifique.

Ce qui est préoccupant, d'après elle, c'est que le variant Omicron a une plus grande faculté de réinfecter les personnes qui ont déjà eu le Covid-19. L'espoir, toutefois, repose sur le fait qu'il provoquerait des formes moins graves, estime les scientifiques, notant qu’il n'y a pas de hausse majeure des hospitalisations.

Les fermetures de frontières, une décision « injuste »

La vaccination est toujours encouragée pour protéger les personnes, en particulier les personnes immunodéprimées, mais aussi pour ralentir la circulation du virus qui provoque toutes ces mutations. Ces mutations du Covid-19 pourraient être accélérées, selon une hypothèse, parmi les populations immunodéprimées, notamment celles touchées par le sida.

Lors de cette conférence, l'OMS a également de nouveau dénoncé les interdictions de voyager prononcées par certains pays occidentaux. Tous les intervenants estiment que ces mesures n'ont aucun fondement scientifique et en dénoncent « l’injustice ».

L'Afrique du Sud et le Botswana paient un prix fort pour leurs efforts et leur efficacité à détecter le nouveau variant Omicron. Les scientifiques de l'OMS jugent donc que ces interdictions de voyager sont contre-productives, car elles risquent de dissuader les pays touchés de déclarer, à l'avenir, les nouveaux variants.

À lire aussi : Variant Omicron: ONU et UA condamnent la «ségrégation» touchant certains pays d’Afrique australe

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI