Niger: état des lieux sévère de Michelle Bachelet, Haute commissaire des Nations unies aux droits humains

Niger, village songhai dans la région de Tillaberi régulièrement endeuillée par des attaques jihadistes.
Niger, village songhai dans la région de Tillaberi régulièrement endeuillée par des attaques jihadistes. De Agostini via Getty Images - DEA / N. CIRANI

L’ancienne présidente du Chili, Michelle Bachelet, Haute commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, terminait ce samedi sa visite de trois jours au Niger. Plusieurs rencontres avec les responsables du pays étaient à son agenda ; elle a également eu des entretiens avec des acteurs de la société civile travaillant sur des questions liées aux droits humains ou aux droits des femmes. Elle a aussi rencontré des officiers de haut niveau des forces conjointes du G5 Sahel.

Publicité

Avec notre correspondant à Niamey, Moussa Kaka

Dans sa conférence de presse, Michelle Bachelet a brossé une situation peu reluisante de la situation au Niger, avec des défis sur de nombreux fronts. Un pays classé dernier du monde, selon l’indice de développement humain des Nations unies. Plus de dix millions de personnes vivent dans une extrême pauvreté et 3,8 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire.

Selon la Haute commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, depuis 2015 on observe une grave détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire, du fait de l’infiltration au Niger de groupes armés non étatiques et d’autres acteurs violents en provenance des pays voisins. Ces groupes armés se seraient, selon elle, livrés à des exactions sommaires, des extorsions, des enlèvements et des pillages.

La confiance entre les forces de sécuritaire et la population est essentielle. Il faut que les militaires restent les plus grands protecteurs pour les droits de l’homme, a-t-elle souligné. Michelle Bachelet s’est dit préoccupée par le fait que les enquêtes sur les massacres d'Inates semblent être aux arrêts. En 2020, six fosses communes contenant 71 corps, des victimes d’exactions sommaires ont été découvertes. Dans son rapport de septembre 2020, la CNDH (Commission nationale nigérienne des droits humains) avait mis en cause des soldats «incontrôlés» dans ces tueries. Michelle Bachelet exhorte le gouvernement nigérien à accélérer les enquêtes.

Inates, dans l'ouest du Niger
Inates, dans l'ouest du Niger RFI
Enfin, concernant les groupes d’autodéfense, Michelle Bachelet exhorte le gouvernement nigérien à prendre des mesures pour décourager leur formation, notamment en renforçant la présence de l’État dans le Nord du pays, les régions de Tillabéri -où plus de 60 villageois ont été assassinés début novembre dans une attaque- et Tahoua.

À lire aussi : au Niger, une vingtaine de civils tués lors d'une attaque dans l'ouest du pays

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail