Mali: un Russe tué à Hombori, les soldats ripostent dans la ville

Des soldats des forces armées maliennes. (Image d'illustration)
Des soldats des forces armées maliennes. (Image d'illustration) AFP/Souleymane Ag Anara

Un supplétif russe de l’armée malienne aurait été tué, mardi 19 avril, à Hombori, dans le cercle de Douentza, dans le centre du pays, après que son véhicule a explosé sur une mine improvisée, selon de nombreuses sources à RFI. Elles évoquent également une riposte de l’armée.

Publicité

Selon de nombreuses sources maliennes et internationales, notamment humanitaires et militaires, un véhicule de l’armée malienne, plus précisément de la gendarmerie, aurait été touché mardi matin par un engin explosif improvisé à Hombori. Un mode opératoire habituel des jihadistes du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) lié à Aqmi, actif dans cette zone.  

Un soldat aurait été tué et il ne s’agirait pas d’un Malien, mais d’un Russe, mort des suites de ses blessures au cours de son évacuation vers l’hôpital de Sévaré, selon ces mêmes sources.

Riposte militaire

Les Fama et leurs supplétifs russes auraient dans la foulée fait irruption au marché hebdomadaire de Hombori, qui se tenait non loin du lieu de l’explosion, et effectué des tirs. Les sources locales et sécuritaires rapportent des morts, de nombreux blessés et de nombreuses arrestations, mais aucun chiffre fiable n’a pu être recoupé à ce stade. L’armée malienne n’a pas encore communiqué sur le sujet. 

Ce n’est pas la première fois que la mort d’un combattant russe au Mali est rapportée, mais il n’y a jamais eu de confirmation officielle. Les autorités maliennes démentent la présence des mercenaires du groupe Wagner mais aussi celle de soldats russes qui combattraient sur le terrain aux côtés des Fama. Elles ne reconnaissent coopérer qu’avec des « formateurs » russes.

La mission des Nations unies au Mali se dit ce mercredi soir « préoccupée par des rapports d’allégation de violations des droits de l’homme commises hier à Hombori, lors d’une opération menée par les Forces maliennes accompagnées d’un groupe de militaires étrangers » et annonce l’ouverture d’une enquête. La Minusma appelle les autorités maliennes « à faire toute la lumière sur ces événements. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail