Pré-dialogue tchadien: les négociations de Doha repartent de l'avant

Ouverture du pré-dialogue entre le pouvoir et les groupes politico-militaires tchadiens, à Doha, au Qatar, dimanche 13 mars 2022.
Ouverture du pré-dialogue entre le pouvoir et les groupes politico-militaires tchadiens, à Doha, au Qatar, dimanche 13 mars 2022. © Florence Morice/RFI

Les négociations entre le gouvernement de transition tchadien et une cinquantaine de groupes politico-militaires ont repris ce week-end à Doha (Qatar) après plusieurs semaines de léthargie. Un projet d’accord du gouvernement a été proposé vendredi 6 mai aux rebelles.

Publicité

Le projet tient compte des conditions posées par les trois groupes – appelés Rome, Doha et Qatar – qui rassemblent par affinité ces 52 mouvements politico-militaires. Cette fois, la médiation a demandé durant le week-end à ces trois groupes, qui étaient représentés par une quarantaine de négociateurs, de resserrer ces équipes et de parler d’une seule voix.

Ces nouvelles équipes restreintes à cinq négociateurs par groupe ont pour mission de travailler ensemble et de présenter à la médiation qatarienne d’ici vendredi une synthèse qui « fusionne » toutes les revendications des politico-militaires en un texte unique. Et surtout, ce document doit répondre aux propositions contenues dans le dernier projet d’accord présenté par les délégués du gouvernement de transition.

« Nous sommes optimistes, car ces deux mois passés à Doha ont permis une véritable dynamique de rapprochement entre les politico-militaires », reconnaissent plusieurs de nos sources. 

La médiation prévoit de transmettre ensuite ce document des politico-militaires à la partie gouvernementale qui aura à son tour une semaine pour y répondre, selon toujours les mêmes sources.

Cette phase au cours de laquelle la médiation assure des navettes entre les deux parties devrait lui permettre de dégager clairement leurs points de convergence et de divergence, qui feront ensuite l’objet de pourparlers, directs cette fois, entre gouvernement et rebelles tchadiens.

Combien de temps vont durer ces négociations ? Personne ne s’aventure à fixer une date butoir, car les délais fixés par la médiation sont « purement indicatifs », selon nos sources qui rappellent que les Qatariens ont pour habitude de prendre tout leur temps afin de mettre toutes les chances d’arriver à un accord de leur côté.

Ce processus de négociations a pour objectif d'amener ces groupes politico-militaires à participer au dialogue inclusif de Ndjamena.

À lire aussi : Pré-dialogue tchadien de Doha : les propositions du gouvernement plutôt mal accueillies

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail