Accéder au contenu principal

Elizabeth Warren abandonne la course à la Maison Blanche

Caucus de l'Iowa: dans un gymnase de Cedar Rapids, Elizabeth Warren mobilise ses troupes.
Caucus de l'Iowa: dans un gymnase de Cedar Rapids, Elizabeth Warren mobilise ses troupes. RFI/Anne Corpet
5 mn

La sénatrice Elizabeth Warren a annoncé jeudi à son équipe de campagne qu'elle abandonnait la course à l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine, notant qu'elle n'est pas prête à annoncer « aujourd'hui » son ralliement à un candidat à la présidentielle.

Publicité

De notre correspondante à New York,

Il y a encore 4 jours, Elizabeth Warren affirmait qu’elle resterait dans la course en espérant faire la différence d’ici la convention démocrate en juillet. Mais depuis sa défaite lors du Super Tuesday, la fin de sa campagne semblait inévitable. La sénatrice du Massachusetts était même arrivée 3e dans son propre État.

Âgée de 70 ans, Elizabeth Warren avait concentré sa campagne sur la lutte contre la corruption à Washington et une volonté de ramener le parti démocrate un peu plus vers la gauche. Elle s’était également illustrée par des politiques visant les grandes fortunes. Ce qui avait fait de Michael Bloomberg une cible pour elle dans cette course à l’investiture.

Elle devait convaincre des électeurs qui étaient déjà en grande partie fidélisés envers Bernie Sanders...

Christophe Cloutier-Roy, chercheur à l’observatoire sur les Etats-Unis à la chaire Raoul-Dandurand.

Beaucoup estiment qu’elle a d’ailleurs joué un grand rôle dans la défaite du milliardaire, notamment des attaques qu’elle lui a lancées lors des débats télévisés. Débats au cours desquels elle s’était montrée combative et redoutable.

Maintenant qu’elle sort de la course, la question est de savoir à qui elle apportera son soutien. Il est vrai que politiquement, elle est plus proche de Bernie Sanders, mais elle pourrait également choisir de soutenir Joe Biden en espérant obtenir un poste clé pour mener à bien ses politiques si l’ancien-vice-président gagne la présidentielle.

Elle a peut-être considéré qu'il était trop tôt pour, justement, trancher [pour un candidat, ndlr]...

Célia Belin, chercheuse à la Brookings Institution.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.