Accéder au contenu principal

Coronavirus: Cuba clame être un pays sûr et veut rassurer les touristes

Le gouvernement cubain veut soutenir son secteur touristique déjà touché par les sanctions américaines.
Le gouvernement cubain veut soutenir son secteur touristique déjà touché par les sanctions américaines. AFP Photos/Yamil Lage
Texte par : RFI Suivre
2 mn

« Cuba est un pays sûr ! » a déclaré ce week-end le gouvernement cubain face à la crise mondiale du coronavirus Covid-19. Alors que le tourisme dans le monde a largement ralenti, l’île des Caraïbes souhaite rester ouverte et rassurer les potentiels voyageurs ainsi que les habitants.

Publicité

Avec notre correspondante à La Havane, Domitille Piron

Un plan de prévention est mis en place dans le secteur touristique, moteur de l’économie cubaine et la pandémie mondiale ne semble pas inquiéter pour l’instant. « Les touristes qui décident de maintenir leur voyage à Cuba seront bien reçus », affirme une responsable du ministère du Tourisme.

Cuba garde ses frontières ouvertes malgré 149 cas suspectés d’être porteurs du Covid-19. Ils sont pour le moment maintenus en observation dans les hôpitaux du pays, principalement à La Havane, il s’agit de 65 étrangers et 84 cubains.

Pourtant en état d'alerte

L’île est en alerte depuis mercredi 18 mars, quand trois visiteurs italiens porteurs du nouveau coronavirus sont arrivés à Cuba. Mais dans les rues de La Havane, les touristes flânent et visitent les musées qui ne sont pas fermés. Pour l’instant, seuls les événements culturels de grandes ampleurs ont été suspendus, et certains théâtres, cinéma, ainsi que quelques bars ont fermés leurs portes.

Le gouvernement tente de rassurer à tout prix : nous disposons de tous les médicaments nécessaires pour soigner des milliers de personnes qui pourraient être affectées, disait samedi le ministre de la Santé.

►À lire aussi : Cuba, entreprendre dans un pays socialiste

Prévenir et rassurer c’est donc le plan actuel du gouvernement, car fermer les frontières aux touristes dans le pays, porterait un coup dur à l’économie cubaine. Le secteur touristique représente la deuxième entrée de devise à Cuba et pour le mois de mars l’île subit déjà une baisse de 12 % due à des annulations, sans compter la baisse liée aux sanctions américaines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.