Accéder au contenu principal

Au Chili, des Vénézuéliens devant leur ambassade pour demander leur rapatriement

Des ressortissants vénézuéliens campent devant leur ambassade à Santiago du Chili pour demander leur retour.
Des ressortissants vénézuéliens campent devant leur ambassade à Santiago du Chili pour demander leur retour. Martin BERNETTI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ils ont quitté leur pays à cause de la très profonde crise économique que traverse leur pays, à cause de l'insécurité aussi. Sans emploi à cause de la pandémie de coronavirus, près de 200 Vénézuéliens immigrés au Chili campent aujourd'hui devant leur ambassade à Santiago pour demander un rapatriement humanitaire, malgré la difficile situation économique et sanitaire.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago du Chili,Justine Fontaine

Entourée de piles de valises et de matelas de fortune, Hanleidi Acosta, 20 ans, est arrivée devant l'ambassade il y a un peu moins d'une semaine, avec son compagnon et sa belle-mère. « À cause de la crise sanitaire, beaucoup d'entreprises ont fermé ou ont licencié du personnel, raconte-t-elle. C'est ce qui nous est arrivé. Alors nous n'avons plus eu de quoi payer notre loyer, la nourriture… Et c'est pour cela que nous avons décidé de venir ici. »

Dans la rue d'à côté, une église leur donne accès à des toilettes, deux cabines pour plus de 200 personnes, et à une pièce où peuvent dormir les personnes âgées, les enfants et les femmes enceintes.

En attente d'un vol affrété par Caracas

Ander Perosa, 39 ans, travaillait comme pompiste à Santiago. Il n'a même pas de matelas où passer la nuit. « Vous voyez ce carton ? C'est là que je dors, explique-t-il. Nous voulons rentrer dans notre pays, être avec notre famille. »

Sans ressources et avec des frontières fermées, ces migrants espèrent que le gouvernement vénézuélien affrètera des avions pour les rapatrier. Un vol est déjà parti la semaine dernière, organisé par le gouvernement de Nicolas Maduro dans le cadre du plan « retour à la patrie » lancé il y a plusieurs mois en réaction à l'exode massif de Vénézuéliens qui fuyaient la crise économique dans leur pays.

►À lire aussi : Coronavirus: des réfugiés vénézuéliens quittent la Colombie pour revenir au pays

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.