Accéder au contenu principal

Une vidéo polémique de Bolsonaro indigne la classe politique brésilienne

Le président brésilien Jair Bolsonaro lors d'un bain de foule le 24 mai 2020 à Brasilia.
Le président brésilien Jair Bolsonaro lors d'un bain de foule le 24 mai 2020 à Brasilia. REUTERS/Adriano Machado
Texte par : RFI Suivre
2 min

Au Brésil, la révélation d’une vidéo d’une réunion ministérielle, ce vendredi 22 mai, a fait l’effet d’une bombe. Des passages de cet enregistrement, datant du 22 avril, montrent un président qui assume sa volonté d’interférer dans le judiciaire pour protéger sa famille, et des ministres qui veulent profiter de la focalisation médiatique sur le coronavirus pour faire passer toutes sortes de décrets comme pour exploiter l’Amazonie. La classe politique n’a pas tardé à réagir.

Publicité

Avec notre correspondante à Rio de Janeiro, Sarah Cozzolino

« La vérité » sur le gouvernement, voilà ce que représente cette vidéo, selon l’ancien ministre de la Justice Sergio Moro. Il avait démissionné quelques semaines plus tôt, accusant le président de tentative d’ingérence dans le judiciaire.

Violemment insultés, les gouverneurs des États de Sao Paulo et Rio de Janeiro ont aussi été abasourdis par le « niveau » de la réunion, où le président lâche une trentaine de jurons.

Pour Fernando Haddad, le président commet là un crime de responsabilité. « On est dans un univers parallèle avec ce gouvernement. C’est si indigne que j’ai du mal à croire que certaines personnes aient pu célébrer ça… Il a commis un crime de responsabilité, et même plusieurs, et il devra en répondre », affirme le rival de Jair Bolsonaro lors des dernières élections.

Les demandes de destitution s'accumulent

Pour le moment, les demandes de destitution s’accumulent à la Chambre des députés, sans être encore débattues. Mais ses soutiens sont toujours là, comme Olavo de Carvalho, idéologue du clan Bolsonaro, pour qui armer le peuple est une priorité. « Bolsonaro, c’est le président de nos rêves. C’est le président que tous les Brésiliens ont voulu et veulent. Un président qui ne supporte pas de voir une élite armée opprimant un peuple désarmé », a-t-il lancé.

Ce dimanche, Jair Bolsonaro a de nouveau pris part à un bain de foule avec ses soutiens à Brasilia, qui manifestaient contre le Congrès et la Cour suprême.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.