Accéder au contenu principal

Brésil: trois grands médias boycottent les points de presse de Bolsonaro

Le président brésilien Jair Bolsonaro photographié à Brasilia, le 13 mai 2020.
Le président brésilien Jair Bolsonaro photographié à Brasilia, le 13 mai 2020. REUTERS/Adriano Machado
Texte par : RFI Suivre
2 min

Trois des principaux médias du pays ont suspendu leur participation aux points de presse informels que le président tient à l'extérieur du palais présidentiel. Leurs journalistes y subissent fréquemment le harcèlement des partisans de Jair Bolsonaro.

Publicité

Le groupe Globo, le groupe radio-télé Band et le journal Folha de Sao Paulo ont annoncé lundi qu'ils cessaient de couvrir les points de presse informels que le président Jair Bolsonaro tient à l'extérieur du palais présidentiel, en raison du harcèlement de ses partisans et du manque de sécurité.

Ils ont ainsi déclaré que la sécurité présidentielle n'offrait pas une protection adéquate à leurs journalistes qui couvraient l'actualité du chef de l'Etat.

Les insultes du président

« Vous êtes des ordures », hurlent des dizaines de militants de Jair Bolsonaro en direction des journalistes qui attendent le point presse du président. De telles scènes se répètent depuis des semaines. Le président a en effet pris l’habitude de s’arrêter devant le palais présidentiel pour saluer ses partisans et s’adresser à la presse. Mais ces rencontres sont de plus en plus tendues. Les reporters se font régulièrement insulter par les militants sans que le service de sécurité du président n’intervienne. Pire, le président lui-même incite parfois ses sympathisants à se lâcher contre les médias, qu’il insulte lui-même d’ailleurs presque tous les jours.

Il y a quelques semaines, les journalistes voulaient l’interroger sur les accusations d’ingérence dans la gestion de la police fédérale. Jair Bolsonaro avait appelé à licencier des hauts responsables de cette police pour protéger ses fils contre des enquêtes en cours. Visiblement très énervé, il s’en était pris à un journaliste :« Ferme-la ! », avait lancé le président au reporter sous les applaudissements de ses partisans. Lors de ce point presse,  Jair Bolsonaro avait aussi qualifié la Folha de Sao Paulo de « journal poubelle ».

L’annonce des trois groupes de médias de retirer leurs journalistes des points presse du président n’a pour l’instant suscité aucune réaction de la part de Jair Bolsonaro.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.