Accéder au contenu principal

Chili: avec la pandémie de coronavirus, l'appli «So safe» trouve un nouvel usage

L'application So Safe est surtout suivie dans la capitale Santiago.
L'application So Safe est surtout suivie dans la capitale Santiago. REUTERS/Ivan Alvarado
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Au Chili, une application destinée à lutter contre les incivilités et l’insécurité commence maintenant à être utilisée dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. «So Safe», c'est son nom, a été créée en 2015 pour répondre à des problèmes de voisinage ou des délits pour lesquels la police met parfois du temps à intervenir. Avec la pandémie de coronavirus, cette application devient aussi un outil pour dénoncer le non respect des règles d'hygiène et de sécurité près de chez soi.

Publicité

avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

Le principe de fonctionnement de l'application est celui-ci : chaque utilisateur peut déclarer sur l'application un vol, une agression, un accident de la route, ou un problème de voisinage. L'application permet de localiser sur la carte l'endroit où a eu lieu un délit par exemple, et de sélectionner à quelle catégorie cela correspond : cambriolage, troubles à l'ordre public, vente ou usage de drogue, mais aussi des problèmes d'éclairage ou de feux rouges défectueux...

Dans le cas d'un délit ou d'une infraction, la police municipale ou la police nationale reçoivent une alerte sur leur propre système informatique, grâce à un accord avec l'application.

L'idée de départ de l'application est bien celle-là : faciliter le travail des forces de l'ordre, et éviter aussi la surcharge des numéros de téléphone d'urgence, qui sont parfois encombrés.

L'application est surtout utilisée dans la région de Santiago, et d'après ses créateurs, elle cumule près de 180 millions de téléchargements dans le monde, principalement en Amérique latine.

Focalisée sur l'insécurité, l'application a élargi son champ d'action…

L'une des critiques que formulent certains Chiliens à l'encontre de So safe, c'est qu'elle encourage selon eux la délation, qu'elle s'appuie sur l'individualisme notamment à Santiago, ou qu'elle donne trop d'importance à de simples problèmes de voisinage.

Alors So safe a petit à petit commencé à proposer de nouvelles options aux usagers comme de signaler un animal de compagnie perdu, de permettre à de petits commerçants de quartier d'indiquer sur l'appli la carte de leurs produits, ou encore proposer à des voisins de publier des petites annonces. Par exemple ces jours-ci une famille de Santiago proposait de donner des vêtements, et un voisin demandait dans son quartier si certains coiffeurs continuaient de travailler ce moment, malgré le confinement.

Le non-respect du confinement dénoncé sur l'appli

Et justement en cette période de forte hausse des cas de coronavirus au Chili, beaucoup utilisent l'application aussi pour dénoncer le non respect des règles de confinement…

Certaines communes du grand Santiago ont par exemple rendu obligatoire l'usage du masque dans la rue, alors des usagers écrivent sur l'application quand ils voient quelqu'un au visage découvert sur la voie publique. D'autres dénoncent des fêtes organisées malgré le confinement, ou la présence de vendeurs ambulants dans le centre ville, qui selon eux ne respectent pas les mesures d'hygiène.

En se déplaçant sur la carte de l'application, on perçoit parfois les différences sociales entre quartiers. Par exemple des habitants d'une commune pauvre de la banlieue de Santiago affirment que des trafiquants de drogue sont installés au coin de la rue mais que selon eux la police ne réagit pas. Ou d'un autre côté dans une commune plus riche les utilisateurs de l'application dénoncent que des cyclistes circulent sans masque, alors que ce n'est pas interdit dans ce quartier.

Et si l'épidémie angoisse, évidemment, certains utilisateurs, d'autres tentent aussi de montrer leur solidarité ou une certaine dose d'humour dans les commentaires, pour dédramatiser des problèmes de voisinage ou des annonces qu'ils jugent excessives.

À lire aussi : Nouvelle manifestation pour une aide alimentaire au Chili

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.