Accéder au contenu principal

Haïti: le président de la fédération de football, accusé de viols, suspendu par la Fifa

Yves Jean-Bart, président de la Fédération haïtienne de football, lors de la Coupe du monde féminine à Saint-Malo, en France, le 6 août 2018,
Yves Jean-Bart, président de la Fédération haïtienne de football, lors de la Coupe du monde féminine à Saint-Malo, en France, le 6 août 2018, Catherine Ivill - FIFA/FIFA via Getty Images
Texte par : RFI Suivre
2 min

En Haïti, le président de la fédération de football a été suspendu par la Fifa. Une suspension temporaire a précisé l’organisation internationale, le temps que les enquêtes qui le visent aboutissent. Selon les allégations rapportées dans une enquête du journal britannique The Guardian, Yves-Jean Bart aurait violé plusieurs joueuses mineures au cours des dernières années. 

Publicité

avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

L’interdiction pour Yves Jean-Bart d’exercer toute activité liée au football au niveau national et international est valable pour seulement 90 jours mais cette mesure conservatoire de la Fifa est un coup dur pour celui communément appelé « Dadou » en Haïti.

Il préside la fédération haïtienne depuis vingt ans et sa réélection à un sixième mandat en février n’avait été une surprise pour personne : il n’y avait aucun autre candidat au scrutin.

Yves Jean-Bart avait balayé les accusations de viols sur des joueuses mineures, dénonçant un complot pour prendre sa place. Il a même porté plainte à Paris contre un journaliste français, l’un des auteurs de l’enquête publiée fin avril dans le quotidien britannqiue The Guardian.

Lundi 25 mai, ni M. Jean-Bart, ni la fédération n’ont réagi suite à l’annonce de cette suspension par la Fifa. En revanche, les défenseurs des droits humains saluent une décision qui, selon eux, permettront aux enquêtes de se réaliser plus sereinement.

L'enquête du Guardian

Dans son enquête publiée jeudi 30 avril, le journal britannique The Guardian assurait que de jeunes joueuses avaient subi des viols ou des agressions sexuelles au cours des cinq dernières années. Sous couvert d’anonymat, des victimes présumées révélaient dans le quotidien qu'au moins deux joueuses mineures auraient avorté suite à des viols commis par Yves Jean-Bart.

En Haïti, la police judiciaire et la brigade de protection des mineurs ont annoncé début mai l’ouverture d’une enquête sur les présumés crimes sexuels qui auraient été commis au centre d’entraînement national.

► À écouter aussiLe foot féminin haïtien prend la défense du président de la fédération, accusé de viols

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.