Accéder au contenu principal

États-Unis: quatre policiers de Minneapolis limogés après la mort d’un homme noir

Quatre policiers de Minneapolis, aux États-Unis, ont été limogés après la diffusion d'une vidéo prise par un passant montrant l'un d'eux presser avec son genou le cou d'un Noir, décédé ensuite à l'hôpital le 26 mai 2020. Cet homme n'était pas armé.
Quatre policiers de Minneapolis, aux États-Unis, ont été limogés après la diffusion d'une vidéo prise par un passant montrant l'un d'eux presser avec son genou le cou d'un Noir, décédé ensuite à l'hôpital le 26 mai 2020. Cet homme n'était pas armé. Kerem Yucel / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Aux États-Unis, quatre policiers ont été limogés à Minneapolis mardi 26 mai après la mort d’un homme noir. Une vidéo prise par des passants montre une interpellation violente : l’Afro-Américain est maintenu au sol par un policier et se plaint de ne plus pouvoir respirer. 

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

La vidéo du supplice de George Floyd dure près de dix minutes. On y voit un policier agenouillé sur le cou d’un homme noir à terre près d’une voiture de police. George Floyd proteste, implore, déclare qu’il ne peut plus respirer. Les policiers semblent amusés, intiment à George Floyd, toujours immobilisé, de monter dans la voiture.

Des passants interpellent les forces de l’ordre, s’inquiètent de voir l’homme à terre inconscient, mais l’agent reste agenouillé sur son cou. George Floyd est finalement évacué à l’hopital où il est décédé dans la nuit.

Une enquête fédérale a été ouverte contre les quatre policiers impliqués. Tous ont été mis à pied. Ils ont expliqué que la victime ressemblait à la description d’un suspect accusé d’avoir voulu payer avec un faux billet.

« Être Noir aux États-Unis ne devrait pas être une condamnation à mort », a réagi le maire de Minneapolis.

« Le manque d’humanité visible dans cette vidéo est révulsant », a renchéri le gouverneur de l’État.

Le maire, Jacob Frey, a ensuite indiqué sur Twitter que les quatre policiers impliqués dans cette interpellation avaient été démis de leurs fonctions. « C'est la juste décision », a-t-il dit.

Cette affaire rappelle la mort d’Eric Garner à New York en 2014.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.