Accéder au contenu principal

États-Unis: de nombreuses entreprises réfléchissent déjà à l'après Covid-19

Les rues de Manhattan complètement vides pendant la pandémie de coronavirus le 24 mai 2020.
Les rues de Manhattan complètement vides pendant la pandémie de coronavirus le 24 mai 2020. REUTERS/Andrew Kelly
4 mn

Aux États-Unis, alors que le déconfinement progressif se poursuit, de nombreuses entreprises réfléchissent à de nouveaux modes de fonctionnement pour l’après-Covid-19. Il y a une semaine, Google a annoncé qu’il laisserait la grande majorité des employés travailler de chez eux jusqu’à la fin de l’année. À New York, où le confinement est toujours en vigueur, de nombreuses entreprises envisagent la même chose, et vu les loyers excessifs, certains groupes pourraient même réduire leurs espaces de bureaux de façon définitive.

Publicité

De notre correspondante à New York, 

En attendant un éventuel déconfinement à la mi-juin, les entreprises new-yorkaises travaillent depuis des semaines sur de nouveaux protocoles de sécurité. « Des machines comme les photocopieuses, aux toilettes, et le maintien des distances, si on a besoin d’installer du plexiglass entre certains bureaux. On doit penser à tout », explique Diane Ramirez.

La cheffe d'entreprise est à la tête d’une société immobilière qui compte une trentaine de bureaux dans la région de New York et plus d’un millier d’employés.
Depuis dix semaines, tout le monde travaille à distance et les réunions se font par visio-conférence. Une mesure qui pourrait être adoptée sur le long terme.

« C’est interactif et presque plus productif. Beaucoup de choses qu’on a été forcés d’appliquer vont devenir la norme dans notre façon de travailler », affirme-t-elle.

De nombreuses entreprises envisagent de maintenir le télétravail

De nombreuses entreprises envisagent ainsi de maintenir le télétravail. Parmi elles, les grandes banques comme JP Morgan, Barclays ou encore Morgan Stanley qui à elles seules emploient des dizaines de milliers de personnes à Manhattan. En adoptant le télétravail de façon définitive, certains envisagent de réduire les surfaces de bureaux. D’autant plus que les loyers sont très chers à New York. « Je suis en train de regarder toutes mes surfaces et je me demande : Est-ce que j’ai vraiment besoin de tous ces bureaux ? », admet de son côté Diane Ramirez.

Si pour certains cette nouvelle organisation du travail pourrait bien faire baisser les loyers, d’autres estiment que la ville attirera toujours de nouvelles entreprises à la recherche de locaux new-yorkais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.