Accéder au contenu principal

Coronavirus: Rio reprend ses activités en pleine pandémie

Si les commerces ont pu réouvrir à Rio de Janeiro, les temples et et églises comme la Candelaria ont dû restés fermés.
Si les commerces ont pu réouvrir à Rio de Janeiro, les temples et et églises comme la Candelaria ont dû restés fermés. MAURO PIMENTEL / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 min

Depuis une semaine, le Brésil enregistre plus de mille morts par jour et n’aurait pas encore atteint le pic, selon les experts. Mais le maire de Rio de Janeiro a annoncé une réouverture partielle et graduelle à partir de ce mardi 2 juin. Une mesure très controversée parmi les scientifiques et la population.

Publicité

Avec notre correspondante à Rio de Janeiro, Sarah Cozzolino

Concessionnaires automobiles, magasins de meubles et de décoration ont rouvert leurs portes ce mardi. En revanche, les temples et églises ont dû rester fermés suite à une décision de justice venue contredire les plans du maire évangélique de Rio, Marcelo Crivella.

A Copacabana, Sandro Aurelio, pharmacien, est impressionné du mouvement dans les rues. « J’ai vu énormément de personnes faire du sport le long de la plage, beaucoup plus qu’il y a quelques jours, remarque Sandro. Je trouve que c’est une irresponsabilité de la part de nos gouvernants. Nous n’en sommes même pas encore au pic de contamination et il y a ce relâchement. »

Sacrifice d'une partie de la population ?

Un relâchement vivement critiqué par la communauté scientifique. À Rio, les hôpitaux publics sont toujours saturés, avec 86 % d’occupation des lits de soins intensifs. Pour Atila Iamarino, docteur en microbiologie, le plan de réouverture est un plan de sacrifice d’une partie de la population.

« Reprendre les activités maintenant, dans une situation épidémiologique comme la nôtre, ce n’est pas mettre en danger les clients, nous explique le microbiologiste. Ce sont les personnes qui doivent prendre le métro, le bus, les chauffeurs, les agents de nettoyage, les vendeurs… ce sont ces personnes qui vont tomber malade. »

Au Brésil, le manque de test ne permet pas d’avoir une estimation fiable du nombre de cas, qui pourrait être jusqu’à 15 fois supérieur aux chiffres officiels, selon certains experts. Le pic épidémique serait prévu pour le courant du mois de juin.

À écouter : Brésil - Coronavirus: la débâcle du géant d'Amérique latine?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.