Accéder au contenu principal
Reportage

Mort de George Floyd: l'hommage du quartier où il a grandi, avant ses obsèques le 9 juin

Fresque murale en l'honneur de George Floyd à Third Ward (Houston), quartier de sa jeunesse, le 2 juin 2020.
Fresque murale en l'honneur de George Floyd à Third Ward (Houston), quartier de sa jeunesse, le 2 juin 2020. Sergio Flores/Getty Images/AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Houston est la ville qui a vu grandir George Floyd. Son corps y sera enterré mardi prochain, le 9 juin. Reportage dans son quartier, qui lui rend hommage.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Houston, Thomas Harms

Dans le quartier de Third Ward, un portrait géant de George Floyd est apparu dans la nuit sur le mur de l’épicerie, à deux rues d’où il a grandi. Depuis, les habitants de cette zone populaire de Houston viennent rendre hommage à un des leurs. On y dépose des fleurs, des bougies, et on se prend en photo.

Courtney, la quarantaine, habite le quartier. « On le connaissait sous le nom de Big Floyd, on est allés dans la même école. » Il évoque la vidéo du policier qui a étouffé George Floyd d'un genou sur le cou : « C’est la chose la plus terrible que j’ai regardée dans ma vie. C’est fou. Quand j’ai découvert que c’était lui et qu’il appelait sa mère. Sa mère est morte… On n’appelle sa mère morte que quand on lutte pour sa vie. Il était respecté ici, quelqu’un qui éduquait les gens, qui donnait pour la communauté, qui donnait du savoir, de la sagesse ».

Quand on lui parle des messages de Donald Trump, Courtney répond : « Je ne sais pas qui c’est. Je ne parle pas de lui. Ce n’est pas mon président. Son temps est venu ».

« Nous voulons comprendre »

Dans son pick-up blanc, Gloria, 76 ans, a posé sur le volant un t-shirt qu’elle vient d’acheter : « C’est un t-shirt où est écrit : "Je ne peux plus respirer". Repose en paix, George Floyd. Mon fils jouait du football américain avec lui à l’école Yates. Il m'a dit de regarder la vidéo, il y a Floyd. Je lui dis quel Floyd ? Il me répond : "Third Ward Floyd !" »

Pour Gloria, le fond du problème, ce sont « les racistes. Tous les jours, partout. Parfois, c'est la façon dont les gens vous regardent. Vous seriez étonné : les gens vous rentrent dedans, certains s’excusent, d’autres pas ».

Ce qu’elle pense des manifestations ? « Je ne vois rien de mal là-dedans. Nous voulons comprendre, nous sommes des humains aussi, nous sommes des gens ! »

Après elle, d’autres anonymes du quartier se succèdent pour un hommage à George Floyd.

À lire aussi : Mort de George Floyd: Obama salue un «changement de mentalité» chez les manifestants

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.