Accéder au contenu principal

«Pas de justice, pas de paix»: foule à Washington pour George Floyd

Washington, le 6 juin 2020.
Washington, le 6 juin 2020. REUTERS/Erin Scott
2 mn

Une cérémonie a eu lieu ce samedi en Caroline du Nord, en hommage à Georges Floyd, cet Afro-Américain asphyxié par un policier blanc le 25 mai à Minneapolis. Il sera enterré mardi à Houston au Texas. Après une dizaine de jours de contestation à travers les États-Unis suite à son décès, la mobilisation ne faiblit pas. La capitale fédérale a accueilli une grande manifestation ce samedi.

Publicité

De notre correspondante à Washington,

C’est une foule immense qui déambule dans les rues de Washington, la capitale fédérale qui a célébré son unité derrière un slogan « Blacks Lives Matter », « les vies noires comptent ». Tous les axes de circulation du centre-ville sont interdits aux voitures et partout des cortèges défilent pour réclamer plus de justice pour la communauté noire. Les abords de la Maison Blanche, cernée par une barrière de sécurité de plus de trois kilomètres, sont bondés. Sur Constitution avenue, entre le Congrès et la Maison Blanche, des milliers de personnes étaient assises tout à l’heure

Mobilisation également devant le Lincoln Mémorial, et une foule très dense est descendue du Capitole pour rejoindre ceux qui se pressent déjà autour de la Maison Blanche. Une douzaine d’organisations différentes avaient appelé à manifester et l’atmosphère est bon enfant, détendue. « Cela me donne de l’espoir », disait une jeune Afro-Américaine venue du Maryland voisin. Et d’ajouter : « C’est la première fois que je vois autant de monde, de tous âges, de toutes cultures, défiler pour les droits de ma communauté. »

Des milliers de personnes sont également assises sur le Mall et respectent huit minutes de silence à la mémoire de Georges Floyd. Des policiers débonnaires saluent la foule.

Moktar Ba, Américain d’origine béninoise, est tout sourire devant la Maison Blanche : « C'est magnifique. Ce qui me surprend, c'est qu'il y ait autant de gens blancs, à Washington et partout aux États-Unis. J'ai grandi ici, et je n'ai jamais vu autant de blancs parce que d'habitude, ils ne disent rien, tournent le dos. On dirait que tout le monde a compris qu'assez, c'est assez. »

Au coin de la 16e, rue rebaptisée Black Lives Matter, des musiciens font danser la foule. Romolio James porte un tee-shirt à l’effigie de Georges Floyd. « Nous n’arrêterons pas jusqu’à ce qu’on obtienne du changement. On va se battre pour le changement, jusqu’à ce qu’on obtienne ce que nous voulons. »

Depuis la Maison Blanche protégée par de hautes barrières de sécurité, le président n’a eu qu’un commentaire devant cette mobilisation spectaculaire : en fin d’après-midi, il a tweeté « la loi et l’ordre » en lettres capitales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.