Accéder au contenu principal

Cuba dans l'attente de nouvelles sanctions financières des États-Unis

(Illustration) File d'attente à Cuba. les Cubains se sont rués dans ces agences pour récupérer leurs remesas.
(Illustration) File d'attente à Cuba. les Cubains se sont rués dans ces agences pour récupérer leurs remesas. REUTERS/Enrique De La Osa
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Ce vendredi 12 juin entre en vigueur à Cuba la dernière sanction américaine contre le gouvernement de l’île. Cette sanction vise l’entreprise Fincimex qui gère les transferts d’argent notamment via l’entreprise Western Union. Alors depuis cette annonce la semaine dernière, les Cubains se ruent vers ces agences pour recevoir ce qui sera peut-être leur dernière remesa, leur dernier mandat d’argent, à la Havane

Publicité

avec notre correspondante à La Havane, Domitille Piron

Fermera ou fermera pas ? Cette question est sur toutes les lèvres dans les files d’attente des agences Western Union depuis une semaine. À l’annonce du gouvernement américain d’ajouter FINCIMEX sur la liste des entreprises sanctionnées, les Cubains se sont rués dans ces agences pour récupérer leurs remesas.

En effet, à partir de ce vendredi, il devient interdit pour une entreprise américaine de faire des transactions avec cette entité de l’armée cubaine, qui gère notamment les transferts d’argent. 

Le jeune Carlos qui ne donne pas son nom, est le dernier d’une file d’attente d’environ 20 personnes. « On attend tous de voir ce qui va se passer, nous explique-t-il. Moi je suis venu au cas où ! Quoi qu’il arrive, j’ai préféré venir aujourd’hui ! » 

Que décidera Western Union, c’est la grande inconnue. Avec cette mesure l’administration, Trump souhaite retirer ses liquidités aux autorités cubaines, qui à travers les mandats d’argent récupère des dollars. Mais ce sont d’abord les Cubains qui seront sanctionnés.

Le jeune professeur de sport, dont le salaire versé par l’Etat est de 44 dollars, recevait de son père à Miami entre 100 et 200 dollars par mois. Il craint devoir se débrouiller autrement désormais. « La remesa, c’est ce qui me fait vivre, c’est ma source de revenu la plus importante. Ça me permet de faire les courses, acheter de la nourriture. En tout cas moi je l’utilise pour ça pour acheter l’essentiel ! »

Western Union a limité progressivement ses services

Dans les derniers mois, Western Union et sa branche cubaine ont déjà été visés à deux reprises par l’administration Trump. Fin février 2020, Western Union a suspendu ses services vers Cuba depuis un autre pays que le voisin nord-américain. Et en octobre 2019, l’administration de Donald Trump avait déjà limité à 1 000 dollars par trimestre et par personne l’envoi de mandats d’argent. Western Union avait ouvert ces transferts vers Cuba depuis le monde entier durant la période de dégel historique entre La Havane et Washington.

À lire aussiAffaibli par le coronavirus, Cuba demande de suspendre le paiement de sa dette 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.