Accéder au contenu principal

Élections municipales: Édouard Philippe et la tentation du Havre

Le Premier ministre français Édouard Philippe le 10 juin 2020 l'Élysée.
Le Premier ministre français Édouard Philippe le 10 juin 2020 l'Élysée. Ludovic Marin/Pool
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Que va devenir le Premier ministre ? C'est l'une des inconnues de l'après élections municipales fin juin. Sera-t-il emporté par le remaniement qui s'annonce ? Redeviendra-t-il maire du Havre où il est bien placé pour être réélu ? Dans une interview au journal « Paris Normandie », Édouard Philippe se dit prêt à toute éventualité.

Publicité

Sa ligne ne bouge pas, mais son calendrier lui pourrait s’accélérer. Comme il l’avait dit en se déclarant candidat en février dernier, Édouard Philippe restera quand même à Matignon s’il est élu au Havre.

Et c’est bien parti. Un sondage local le donne gagnant. Au niveau national, sa cote de popularité dépasse même celle d’Emmanuel Macron.

Retour au Havre ?

Mais l’ancien maire reconnaît qu’il pourrait retrouver son fauteuil à l’hôtel de ville « beaucoup plus tôt » que la fin du quinquennat. Son remplacement est l’une des options étudiées par Emmanuel Macron. Un remaniement est en préparation. Le chef de l’État veut ouvrir une nouvelle page après la crise du coronavirus et à deux ans de la prochaine présidentielle. Avec ou sans Édouard Philippe ? Réponse a priori en juillet.

En campagne

En attendant, le toujours Premier ministre va reprendre sa campagne au Havre. Une campagne très limitée : pas de meetings et une exposition médiatique réduite au minimum.

Son adversaire communiste Jean-Paul Lecoq lui est bien décidé à nationaliser le scrutin, à en faire un référendum pour ou contre le gouvernement. Il va s’afficher ce vendredi aux côtés du leader de la France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.