Accéder au contenu principal

Brésil: arrestation de l'ancien assistant d'un fils Bolsonaro

L'ancien chauffeur et assistant de Flavio Bolsonaro, Fabricio Queiroz, à son arrivée à l'Institut médico-légal de Sao Paulo après son arrestation, le 18 juin 2020.
L'ancien chauffeur et assistant de Flavio Bolsonaro, Fabricio Queiroz, à son arrivée à l'Institut médico-légal de Sao Paulo après son arrestation, le 18 juin 2020. NELSON ALMEIDA / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L’ancien assistant du fils de Bolsonaro a été arrêté, jeudi 18 juin, dans le cadre d'une enquête sur des détournements de fonds qui implique l’un des fils du président brésilien, aujourd'hui sénateur. Une interpellation qui a provoqué un scandale dans le pays et met dans l’embarras Jair Bolsonaro, déjà très critiqué pour sa gestion de la pandémie de coronavirus.

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

Fabrizio Queiroz, 54 ans, était l’assistant et le chauffeur de Flavio Bolsonaro lorsque le fils aîné du président était député de Rio. Au sein de son cabinet, grâce à des employés fantômes, il aurait détourné leurs salaires pour plus de 200 000 euros. Lors de son arrestation, Fabricio Queiroz se trouvait dans une maison appartenant à l’avocat de la famille Bolsonaro.

Face au scandale provoqué par son arrestation, le président a réagi dans un discours diffusé sur les réseaux sociaux. « Je vais être clair : je ne suis pas l’avocat de Queiroz et je n’ai rien à voir avec cette affaire, a déclaré Jair Bolsonaro. Mais je veux rappeler que Queiroz n’était pas en fuite. Si on lui avait demandé de se présenter à la justice, c’est ce qu’il aurait fait. Et s’il se trouvait dans cette région de Sao Paulo, c’est pour être plus proche de l’hôpital où il est suivi pour un traitement contre le cancer. Que la justice fasse son travail. De mon côté, l’affaire Queiroz est close. »

« La vérité prévaudra ! »

La femme et les deux filles de l’ancien assistant du fils aîné du président brésilien sont impliquées. En décembre 2019, la police avait perquisitionné des locaux appartenant à Flavio Bolsonaro, à ses ex-employés et à la deuxième femme de Jair Bolsonaro. Flavio Bolsonaro, qui est soupçonné d'avoir blanchi de l'argent par le biais d’un magasin de chocolat et de l'achat d'appartements en espèces, avait alors dénoncé une « persécution politique » destinée à « atteindre le président ».

Jeudi, il a indiqué sur Twitter accueillir « avec sérénité les événements d'aujourd'hui ». « La vérité prévaudra ! » a-t-il assuré, évoquant de nouveau un moyen « d'attaquer (le président) Bolsonaro ». Jair Bolsonaro, héraut de la lutte anticorruption pendant sa campagne électorale en 2018 est sous le coup, ainsi que ses proches, de diverses enquêtes.

►À lire aussi : Brésil : Jair Bolsonaro et ses fils, le clan des extrêmes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.