Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

À la Une: le continent américain toujours durement touché par le Covid-19

A Sao Paulo, on enterre de nuit une victime du coronavirus. Plus de 50 000 personnes sont mortes du Covid-19 dans le pays.
A Sao Paulo, on enterre de nuit une victime du coronavirus. Plus de 50 000 personnes sont mortes du Covid-19 dans le pays. REUTERS/Amanda Perobelli
5 mn

Publicité

Alors que le Brésil a dépassé la barre des 50 000 morts, le président du Honduras appelle à l’unité face au Covid-19 depuis son lit d’hôpital. Juan Orlando Hernandez est lui-même touché par la maladie et soigné depuis plusieurs jours, rappelle La Prensa, à l’hôpital militaire de Tegucigalpa. La capitale du Honduras a désormais dépassé San Pedro Sula en nombre de cas. Plus de 1300 personnes ont été testées positives en quatre jours. Cette augmentation a poussé les autorités à faire marche arrière, note El Heraldo. Le début de réouverture de l’économie, initialement prévu cette semaine, est suspendu. « Cette guerre, nous la remporterons seulement si nous sommes unis. (…) Ce n’est pas le moment de faire de la politique », a déclaré le président hondurien, dont la légitimité est contestée par une partie de la population.

Au Canada, le Québec entre officiellement dans la dernière phase de son déconfinement. Les rassemblements intérieurs de 50 personnes maximum sont maintenant autorisés, ce qui signifie la réouverture des salles de cinéma, des lieux de culte, des piscines ou encore des gymnases. Pourtant plusieurs foyers de Covid-19 ont été détectés dans des fermes de la province. Ce sont, selon le journal Le Devoir, « près d’une cinquantaine de travailleurs agricoles temporaires qui ont été infectés dans plusieurs régions depuis le début de la pandémie ». Ces travailleurs testés positifs sont souvent étrangers. Les Mexicains et Guatémaltèques ont nombreux à venir travailler dans les fermes québécoises à la saison. En moyenne, « près de 10 000 Mexicains chaque année », note le journal.

La « maison de thé de Lady Di » menacée ?

Les contrôles ont été renforcés en temps de pandémie : « la plupart des producteurs agricoles manquent de main-d’œuvre en ce moment », indique Le Devoir, car un tiers de ces travailleurs n’ont pas pu obtenir de permis de travail cette année. Ceux qui sont arrivés au Canada ont suivi un protocole très strict, raconte le journal Express. Neuf travailleurs venus du Guatemala ont par exemple été placés en quarantaine dans une maison spécialement aménagée pour eux à Saint Cyrille avant de rejoindre la ferme qui les emploie. Leur mission sera de planter 25 000 boutures de plants de chanvre les six prochains mois.

Pendant ce temps, en Argentine, le confinement menace les célèbres maisons qui servent thé et pâtisseries à Gaiman, dans la vallée de Chubut. Ces établissements datent de la colonisation de la Patagonie par les Gallois. Elles ont été popularisées par une visite de Lady Di dans l’une d’entre elles en 1995. La maison de thé de la princesse accueille chaque année 5 000 touristes en haute saison, explique le quotidien Clarin. Mais depuis trois mois, en raison du confinement, plus aucun revenu. « Nous avons 20 employés. Il n’y a pas moyen de continuer », explique le gérant de la célèbre. Il estime que la reprise va prendre trop de temps et envisage de fermer de façon définitive, comme d’autres établissements de la zone.

États-Unis : un pilote de Nascar victime d’un acte raciste

Le championnat automobile est sous le choc : Darrell « Bubba » Wallace Jr, le seul pilote noir de Nascar, a trouvé une corde de pendu accrochée dans son garage, sur le circuit de Talladega, en Alabama. Le championnat de Nascar a annoncé ouvrir une enquête pour « acte de haine ». Ce pilote, rappelle USA Today, a « joué un rôle essentiel dans l’engagement récent du championnat dans la lutte contre le racisme et l’injustice ». Il avait notamment réussi, il y a deux semaines, à « faire interdire le drapeau confédéré dans toutes les manifestations », l’ancien drapeau des Sudistes, qui défendaient l’esclavage pendant la guerre de Sécession.

Ces drapeaux restent populaires dans le Sud aujourd’hui et sont d’ailleurs « toujours en vente juste en face du circuit », note le Chicago Sun Times. Cette interdiction a provoqué quelques manifestations ce week-end, des files de pick-up arborant fièrement ce drapeau aux abords du circuit de Talladega. Dimanche, c’est un avion qui a traîné derrière lui un immense drapeau au-dessus du circuit, avec le slogan « coupez les vivres à Nascar ».

La statue d’un président déboulonnée à New York

Elle trônait depuis 1940 devant le Musée d’histoire naturelle, à l’entrée ouest de Central Park, explique le New York Times. Cette statue de bronze représente l’ancien président américain Théodore Roosevelt sur son cheval et flanqué de deux personnages, qui eux marchent : un Amérindien et un Africain. C’est en raison de cette « composition hiérarchique » que la statue sera retirée, explique la directrice du musée.

Cela fait plusieurs années que ce bronze crée la controverse, mais la décision du musée fait suite à l’affaire George Floyd. Décision importante, souligne le New York Times, car ces dernières semaines, « les appels au retrait [de statues] étaient lancés par des manifestants » qui les jugeaient offensantes. Là, la décision est « prise par un musée qui, comme d’autres, avait auparavant défendu - et préservé - de tels portraits en tant que vestiges de leur époque qui, bien que répréhensibles, pourraient peut-être servir à des fins d’éducation ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.