Accéder au contenu principal

Coronavirus aux États-Unis: les prévisions alarmantes des hauts responsables sanitaires

L'immunologue Anthony Fauci, le directeur de l'Institut national des allergies et maladies infectieuses, était entendu par une commission du Sénat sur la propagation du virus, le 30 juin 2020.
L'immunologue Anthony Fauci, le directeur de l'Institut national des allergies et maladies infectieuses, était entendu par une commission du Sénat sur la propagation du virus, le 30 juin 2020. Kevin Dietsch/Pool via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 min

Aux États-Unis, les cas de contamination continuent d'augmenter. Mardi 30 juin, les directeurs des quatre agences de santé étaient entendus par des membres du Congrès. Le docteur Fauci s'est dit très inquiet de la propagation du virus dans les États du Sud et fait part de prévisions alarmantes.

Publicité

Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki

Devant les sénateurs, le docteur Fauci n’a laissé place à aucun doute. « Je suis très inquiet et je ne suis pas satisfait de la situation, parce que nous allons dans la mauvaise direction. Lorsqu'on regarde la courbe des nouveaux cas, tout n’est clairement pas sous contrôle. »

Les États-Unis enregistrent plus de 40 000 nouveaux cas de Covid-19 chaque jour. Les 12 États les plus touchés, dans le sud du pays, ont déjà mis en pause ou inversé leur déconfinement.

Et pour le chef du centre des maladies infectieuses, la situation pourrait bien empirer au cours des prochaines semaines. « Je ne serais pas surpris si on atteint 100 000 cas par jour si on ne renverse pas la tendance. »

Des prévisions que le vice-président n’a pas voulu commenter. Lors de la conférence de presse de l’équipe chargée de l’épidémie, Mike Pence reste sur la même position que ces derniers jours. « Nous sommes prêts. Et nous sommes mieux préparés que jamais. Et je veux dire aux habitants des 12 États où l’on voit cette augmentation : nous sommes avec vous ! »

Une fois n’est pas coutume, Mike Pence a tout de même insisté sur l'importance de porter un masque et de suivre les consignes des autorités locales. Lui-même est arrivé masqué dans la salle. Mais il ne faut pas y voir un changement de ton, car il a tout de même précisé que le refus de se couvrir le visage faisait « partie des libertés de chacun ».

La Floride est en pleine crise économique. Donc, il est difficile d’avoir un avis complètement tranché sur la clairvoyance de cette réouverture. C’est un exercice d’équilibriste. Mais quand on enregistre 9000 nouveaux cas par jour, comme vendredi et samedi dernier, il semble, finalement, que cela a été une décision épouvantable. Les chiffres ne mentent pas.

David Bruns

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.