Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

À la Une: l’inquiétude grandit aux États-Unis à la veille de la Fête nationale

La Californie a fermé ses bars, ses restaurants et ses plages à la veille de l’Independance Day, la Fête nationale américaine.
La Californie a fermé ses bars, ses restaurants et ses plages à la veille de l’Independance Day, la Fête nationale américaine. AP/Jae C. Hong
Texte par : Eliott Brachet
5 mn

Publicité

Le coronavirus poursuit sa course aux États-Unis. Notamment dans des États qui, jusqu’à présent, étaient plutôt épargnés. La Californie a fermé ses bars, ses restaurants et ses plages à la veille de l’Independance Day, la Fête nationale américaine. Les hôpitaux de l’État sont en surchauffe. Le San Francisco Chronicle appelle ses lecteurs à rester chez eux : « Ne célébrons pas ce 4-Juillet comme d’habitude. L’heure n’est pas aux festivals, aux parades et aux spectacles. L’heure est grave et des vies sont en jeu. Restez chez vous et regardez Netflix », peut-on lire dans un éditorial.

Alors qu’au Texas le port du masque est désormais obligatoire, les files de voitures s’allongent devant les centres de dépistage. La photo d’un serpentin de véhicules 4x4 à Austin fait la Une du New York Times. On y apprend également que le vice-président Mike Pence a annulé sa visite en Arizona, car un agent des services secrets qui devait voyager avec lui a été testé positif au coronavirus.

L’inquiétude gagne aussi le pays voisin. Au Mexique, le journal Milenio confirme que l’État du Sonora fermera temporairement sa frontière avec les États-Unis, devant l’explosion des contaminations.

La campagne de Donald Trump bat de l’aile

« Non, monsieur Trump, le virus n’est pas sous contrôle. C’est lui qui contrôle », titre le Washington Post dans un éditorial. La gestion de la crise sanitaire par le président américain est décriée dans de nombreux titres de presse. Pour Politico, ce fut la semaine de trop pour Donald Trump, celle qui a « fait trembler » sa campagne. Le journal The Hill renchérit : « à quatre mois des présidentielles, Trump a peut-être atteint un point de rupture ». Il est critiqué pour sa réaction face à la crise sanitaire, mais aussi pour ses positions jugées trop « clivantes » sur les manifestations antiracistes. Même dans le camp Républicains des voix dissidentes commencent à s’élever poursuit The Hill. Les derniers sondages nationaux le donnent 10 points derrière son concurrent Joe Biden.

Le New York Times dresse le portrait des électeurs déçus de Donald Trump. Le journal new-yorkais avertit que le président américain conserve une base solide d’électeurs en vue du scrutin de novembre.

Ambassadrice de l’Union européenne au Venezuela : Maduro fait marche-arrière

C’est un revirement très commenté dans la presse locale. Nicolas Maduro est revenu sur sa décision de renvoyer l’ambassadrice de l’Union européenne suite à des sanctions prises par les 27 contre des fonctionnaires vénézuéliens. Cité par le journal en ligne Tal Cual, le successeur d’Hugo Chavez a estimé que c’était plus « intelligent » de ne finalement pas renvoyer Isabel Brilhante Pedrosa. Le président préfère ne pas se brouiller avec l’Union européenne, souhaite « conserver » et « approfondir » le dialogue avec le Vieux Continent, explique Ultimas Noticias, journal proche du pouvoir.

En Colombie, le journal El Espectador considère que ce renvoi aurait été une « grave erreur » pour Maduro, insistant sur l’isolement diplomatique de Caracas. « Maduro n’est pas seulement en guerre contre l’opposition vénézuélienne, mais aussi avec la moitié du monde », conclut El Espectador qui rappelle que 60 nations ne reconnaissent plus officiellement son gouvernement.

Au Chili, hommage à Angela Jeria, la mère de Michelle Bachelet

La presse chilienne rend un hommage poignant à Angela Jeria, la mère de l’ex-présidente Michelle Bachelet, qui s’est éteinte jeudi à l’âge de 93 ans. « Une femme sage et vaillante », titre El Mostrador qui relaye les hommages que le monde politique chilien, quasi unanime, a rendus à cette figure de la démocratie et des droits de l’Homme en Amérique latine. Jeudi 2 juillet, le Parlement chilien a observé une minute de silence. Le journal Ciper publie un portrait émouvant d’Angela Jeria. Anthropologue, professeure à l’Université de Chile, elle avait épousé le général Bachelet, un proche de Salvador Allende arrivé au pouvoir en 1970. Elle connaissait personnellement le président de l’Unité populaire avant qu’en 1973, Allende ne soit renversé par un coup d’État militaire orchestré par Augusto Pinochet.

Son mari meurt derrière les barreaux et Angelica est faite prisonnière avec sa fille, Michelle Bachelet. Toutes deux sont torturées par des hommes de la junte militaire. En 1975, Angela et sa fille s’exilent en direction de l’Australie. Il lui est interdit de retourner au Chili jusqu’en 1979. Angela Jeria y rentrera dans les années 1980 pour y défendre les droits de l’Homme. Elle sera de nouveau arrêtée à plusieurs reprises, puis relâchée. Le journal La Tercera consacre un article à la filiation politique entre Angela et sa fille, Michelle Bachelet, présidente du Chili entre 2006 et 2014 et actuellement Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme.

La République dominicaine élira dimanche son prochain président

Les électeurs dominicains sont appelés aux urnes dimanche pour élire un nouveau président et renouveler le parlement. C’était une campagne « atypique », selon le journal Acento, bousculée par le contexte de pandémie mondiale. Le journal se félicite que le pays poursuive tant bien que mal son chemin vers la démocratie. Acento regrette cependant les nombreux coups bas, menaces et intimidations qu’il attribue au Parti de libération dominicain actuellement au pouvoir.

Malgré cela, Gonzalo Castillo, le poulain de l’actuel président Danilo Medina, n’est arrivé qu’en deuxième position au premier tour. Il est donné perdant dimanche. À la Une du quotidien Hoy, on retrouve celui qui caracole en tête de cette campagne : Luis Abinader, candidat du Parti révolutionnaire moderne qui a récolté 53 % des voix au premier tour. Le journal consacre un article à son dernier meeting : Abinader affiche un sourire serein, bien déterminé à détrôner le parti au pouvoir dans cette dernière ligne droite.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.