Accéder au contenu principal

Coronavirus: Bolsonaro allège une loi sur le port du masque dans les lieux publics

Le président brésilien Jair Bolsonaro lors d'une cérémonie au Palais Planalto à Brasilia, le 5 septembre 2019.
Le président brésilien Jair Bolsonaro lors d'une cérémonie au Palais Planalto à Brasilia, le 5 septembre 2019. REUTERS/Adriano Machado
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors que le Brésil est le deuxième pays au monde le plus touché par la pandémie de Covid-19 avec près d'1,5 million de cas confirmés, son président Jair Bolsonaro s'est opposé à une loi imposant le port du masque dans certains lieux accessibles au public.

Publicité

C'est une nouvelle expression de l'opposition du président brésilien Jair Bolsonaro au congrès tout comme aux recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé. Le chef de l’État brésilien a exercé son droit de veto pour retirer plusieurs articles d’une loi sur le port du masque obligatoire afin de lutter contre la pandémie mondiale de Covid-19.

La loi en question avait été approuvée par le Congrès. Malgré l’opposition du président, elle a tout de même été promulguée par le chef de l’État selon le Journal officiel du vendredi 3 juillet, mais plusieurs articles ont été exclus. Le sujet principal était de réglementer le port du masque dans tout le pays. Jusqu'à présent chaque État avait pris ses propres décisions en la matière.

►À lire: Coronavirus: plus de 100 000 morts en Amérique latine et dans les Caraïbes

Le président brésilien n'est pas revenu sur l'obligation de se couvrir le visage dans les transports en commun par exemple. Il refuse cependant que cette obligation soit étendue aux magasins ainsu qu'aux lieux de cultes ou d'enseignement.

Selon Jair Bolsonaro ces mesures seraient anticonstitutionnelles, car elles pourraient entraîner des « violations de domicile ». De faux arguments selon des députés qui affirment que cette loi ne concerne que les lieux accessibles au public.

Autre point soumis au véto de Bolsonaro: l'obligation pour les autorités de fournir en masque les populations les plus précaires tout comme celle pour le gouvernement fédéral de mettre en place des campagnes d'information sur la nécessité de porter le masque. Le Congrès a maintenant un mois pour accepter ou non le veto présidentiel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.