Accéder au contenu principal

Covid-19 au Mexique: pour une plus grande surveillance à la frontière américaine

La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, le 21 avril 2020.
La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, le 21 avril 2020. REUTERS/Mike Blake
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Habituellement ce sont les États-Unis qui veulent contrôler et même empêcher la venue des Mexicains sur leur territoire – on ne présente plus le mur du président Donald Trump au nord du Rio Grande. Mais avec le coronavirus et la flambée de cas aux États-Unis, plusieurs gouverneurs d’États mexicains situés près de la frontière demandent un contrôle beaucoup plus strict des voyageurs venant des États-Unis.

Publicité

« La situation est très mauvaise au Texas, et ces gens qui traversent la frontière ne peuvent que nous apporter des problèmes », se plaignait il y a quelques jours le gouverneur de l’Etat de Tamaulipas, dans le nord du Mexique – il annonçait juste après avoir été testé positif au coronavirus.

Car si depuis des mois les Etats-Unis font en sorte que seuls ceux dont les voyages sont jugés « essentiels » traversent leur frontière, côté mexicain la question est rarement posée, et des centaines de milliers d’Américains continent de se rendre dans le pays pour leur loisir.

Devant la situation sanitaire catastrophique que connaissent les Etats-Unis, les gouverneurs des Etats mexicain proche de la frontière ont donc fait part au gouvernement central de leurs craintes, d’autant que le week-end du 4 juillet, la fête nationale américaine, amène traditionnellement une foule de ressortissants américains et cette fois de potentiels malades dans le pays.

Mexico a promis de vérifier la température des voyageurs sur plusieurs postes-frontières. Et l’ambassadeur des Etats-Unis au Mexique s’est adressé aux Américains vivant de l’autre côté de la frontière, les enjoignant à ne pas la traverser. Pour autant, malgré la pandémie, Washington continue ses expulsions au Mexique, et plusieurs personnes ont été testés positives au coronavirus après leur arrivée de l’autre côté de la frontière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.