Accéder au contenu principal

Fête de l'indépendance américaine: Donald Trump très loin de toute autocritique

Le président Trump lève son poing, celui de la «victoire», en arrivant à la Maison Blanche, le 4 juillet 2020.
Le président Trump lève son poing, celui de la «victoire», en arrivant à la Maison Blanche, le 4 juillet 2020. REUTERS/Carlos Barria
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les États-Unis célébraient samedi leur fête de l’indépendance. Au lendemain de son événement au Mont Rushmore, le président Trump présidait une cérémonie à Washington. Un défilé militaire aérien, un hommage aux militaires américains, et Donald Trump qui continue d’assurer que la situation coronavirus est sous contrôle.

Publicité

Avec notre correspondante à New York,  Loubna Anaki

Dans son discours destiné à rendre hommage aux militaires américains, Donald Trump n’hésite pas à faire le parallèle entre les Nazis, les terroristes et ceux qu’il accuse de vouloir diviser le pays aujourd’hui. « Nos héros américains ont battu les Nazis, renversé les communistes. Ils ont préservé les valeurs américaines et chassé les terroristes jusqu’aux confins de la terre. Aujourd’hui, nous sommes en train de battre la gauche radicale, les marxistes, les anarchistes, les agitateurs et les pilleurs. »

Au lendemain de son premier discours de célébration de la fête nationale, le président américain dénonce une nouvelle fois ceux qui réclament le retrait des symboles historiques jugés racistes.

► Lire aussi : Au Mont Rushmore, Trump fustige ceux qui veulent «démanteler» l'héritage des États-Unis

Contrairement à la veille où il n’en avait pas dit un mot, Donald Trump a évoqué cette fois l’épidémie de coronavirus dans le pays. Les États-Unis enregistrent chaque jour un nombre de cas record, mais le président préfère parler de victoire. « Nous avons testé plus de 40 millions de personnes. Des résultats qu’aucun autre pays n’a obtenu, parce qu’aucun pays ne possède les tests que nous avons, ni en termes de nombres, ni en termes de qualité. »

Une victoire pourtant loin d'être confirmée par les chiffres. Les États-Unis ont enregistré le même jour 43 742 nouvelles contaminations et 252 nouveaux décès, selon l'université Johns Hopkins. Les trois jours précédents avaient été marqués par des records de nouveaux cas, dont plus de 57 000 vendredi. Le coronavirus a infecté au total plus de 2,8 millions de personnes et provoqué 129 657 décès aux États-Unis, de loin le pays le plus endeuillé de la planète devant le Brésil (64 265 morts). « Nous avons fait beaucoup de progrès. Notre stratégie fonctionne bien », a toutefois lancé le président, qui n'a pas manqué, au passage, d'égratiner la Chine, réaffirmant qu'elle devrait « rendre des comptes ».

Donald Trump a fini en promettant une grande année 2021 pour les États-Unis, sous-entendant ainsi qu’il serait réélu en novembre prochain.

► À lire aussi : À la Une: l’inquiétude grandit aux États-Unis à la veille de la Fête nationale

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.