Accéder au contenu principal

Brésil: les Bolsonaro empêtrés dans les affaires et leurs liens avec les milices

Une fresque avec le président Bolsonaro et ses fils titrée Familicia en référence à leurs liens présumés avec les milices brésiliennes.
Une fresque avec le président Bolsonaro et ses fils titrée Familicia en référence à leurs liens présumés avec les milices brésiliennes. AFP Photo/Mauro Pimentel
Texte par : François Cardona
3 mn

Les enquêtes de police avancent sur les affaires qui touchent la famille du président brésilien Bolsonaro. À la corruption s’ajoutent aussi des liens supposés avec les milices paramilitaires de Rio de Janeiro.

Publicité

De notre correspondant à Rio de Janeiro,

Au cœur des investigations, l'ancien homme à tout faire des Bolsonaro, Fabricio Queiroz, qui a été interpellé récemment après une longue cavale, et dont les révélations pourraient faire trembler Jair Bolsonaro et ses fils. Fabricio Queiroz aurait permis le détournement de fonds publics au sein du cabinet de Flavio, le fils du président, lorsqu'il était député de Rio.

Actuellement sénateur, Flavio Bolsonaro a été appelé à témoigner par le groupe d’enquête spécialisé sur les affaires de corruption à Rio de Janeiro. Il doit s’y présenter en début de semaine. Les juges en charge de l’enquête estime que le fils de Jair Bolsonaro a dirigé au sein de son cabinet le mécanisme que les Brésiliens ont surnommé rachadinha. C’est un détournement de fonds publics avec des employés fantômes dont le salaire était subtilisé.

La campagne de Jair Bolsonaro basée sur la lutte anti-corruption

Cette affaire est très embarrassante pour la famille Bolsonaro, et pour le président qui a bâti sa réputation sur le combat contre la corruption – soutenant que lui-même n’avait jamais trempé dans les affaires. L’arrestation de l’ancien bras droit de son fils Flavio, et l’enquête en cours à Rio ont de quoi inquiéter le président.

►À lire aussi : Jair Bolsonaro et ses fils, le clan des extrêmes

La semaine dernière, Flavio Bolsonaro a réussi à obtenir un sursis : la procédure va être transférée à Brasilia, devant la Cour suprême – un privilège accordé aux parlementaires. Mais à Rio, le parquet a annoncé son intention de continuer l’enquête en attendant que la Cour suprême se penche sur l’affaire, en août.

Soupçon de financement de la milice « Bureau du Crime »

Plus grave encore, la presse brésilienne a révélé ces dernières semaines que les enquêteurs sont en train d’établir des liens entre Flavio Bolsonaro et les milices – ces groupes d'anciens policiers véreux qui agissent en marge de la loi.

Selon les enquêteurs, le détournement de fond au sein de son cabinet aurait en parti servi à financer ces gangs qui rackettent et terrorisent des quartiers entiers à Rio. L'ancien chef de l’une des milices les plus puissantes, le « bureau du crime » aurait été un proche de la famille Bolsonaro.

C'est ce groupe, à la réputation sanglante, dont les tueurs à gage sont soupçonnés par la police d'avoir assassiné Marielle Franco, l'ancienne conseillère municipale, défenseuse des minorités. Ce « bureau du crime » aurait exécuté au moins une dizaine de personnes en toute impunité pendant dix ans à Rio jusqu’à ce que le scandale qui a suivi la mort de Marielle Franco n’attire l’attention sur eux. Plusieurs opérations de police sont en cours à Rio en ce moment pour tenter de démanteler ces groupes tentaculaires qui bénéficient de protections politiques haut placées.

►À lire aussi : Premier anniversaire de la mort de Marielle Franco, dans le Brésil de Bolsonaro

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.