Accéder au contenu principal
Reportage

Haïti: une manifestation contre les violences des gangs réprimée par la police

Des manifestants qui réclamaient ce lundi 6 juillet 2020 à Port-au-Prince le respect des droits de l'homme et la fin des violences policières.
Des manifestants qui réclamaient ce lundi 6 juillet 2020 à Port-au-Prince le respect des droits de l'homme et la fin des violences policières. AFP Photo/Estailove ST-VAL
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Une nouvelle mobilisation citoyenne a été dispersée avec force par la police à Haïti. Les manifestants revendiquaient leur droit de vivre et la fin de l’impunité dont jouissent les gangs armés. Au cours des deux derniers mois, 54 homicides ont été perpétrés dans la seule capitale haïtienne.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

« Nou vle viv » Nous voulons vivre en créole. Telle est la revendication affichée sur les t-shirts et les pancartes lors de la manifestation réunis devant le ministère de la justice à Port-au-Prince, car comme le déplorent les jeunes militants comme Pascale Solages, l’espérance de vie en Haïti est, selon eux, de 24 heures renouvelables : « Aujourd’hui en Haïti, on ne vit pas. On essaye de ne pas mourir ! C’est différent. Tous les jours quand on se lève, on essaye de ne pas mourir, s’indigne la jeune femme. On essaye de passer ces 24 heures pour pouvoir vivre le lendemain. »  

Alors que le groupe était calme, sans aucun débordement, soudainement les grenades lacrymogènes pleuvent. Présente sur les lieux Marie Rosie Auguste Ducéna, du réseau national de défense des droits humains, dénonce une répression étatique : « Tous les jours, des personnes sont assassinées par balle ou par arme blanche dans les quartiers défavorisés en pleine rue ou dans leur résidence. Les autorités étatiques au lieu d’écouter justement la voix de la population qui demande un climat sécuritaire préfère montrer leur volonté d’établir un régime totalitaire sur le paix où la liberté d’expression n’a pas sa place. »

Cela fait deux lundis de suite que les mobilisations de citoyens exigeant justice et sécurité sont réprimées. Les appels pour obtenir des explications de la part de la police nationale d’Haïti restent pour l’heure sans réponse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.