Accéder au contenu principal

Visite d'AMLO aux États-Unis: Trump et Lopez Obrador jouent la bonne entente

Le président américain Donald Trump et son homologue mexicain Andrès Manuel Lopez Obrador à la Maison Blanche, le 8 juillet 2020.
Le président américain Donald Trump et son homologue mexicain Andrès Manuel Lopez Obrador à la Maison Blanche, le 8 juillet 2020. Win McNamee/Getty Images/AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Dix-huit mois après son arrivée au pouvoir, le président mexicain réserve son premier déplacement à l’étranger aux États-Unis. Andrès Manuel Lopez Obrador est à Washington pour célébrer l’entrée en vigueur du nouvel accord de libre-échange entre les États-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC). Malgré les nombreuses insultes proférées par Donald Trump contre le Mexique, les deux présidents ont fait mine d’oublier les tensions.

Publicité

Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salve

En conférence de presse conjointe dans la roseraie de la Maison-Blanche, Donald Trump qualifie Andres Manuel Lopez Obrador de « grand ami » et se lance dans une avalanche d’amabilités en direction de son homologue mexicain.

« Nous avons une relation extraordinaire, déclare Trump. Nous sommes vraiment touchés, Monsieur le Président, que vous ayez choisi d’être avec nous à la Maison-Blanche pour votre première visite à l’étranger depuis votre belle victoire. Les États-Unis et le Mexique n’ont jamais été aussi proches. Notre coopération est fondée sur la confiance et le respect mutuel. »

Mur avec le Mexique

Un net réchauffement depuis 2016 quand Donald Trump qualifiait les migrants mexicains de « violeurs » et promettait de faire payer la construction de son mur frontalier par le Mexique.

Quatre ans plus tard, Mexico n’a pas versé un dollar. Mais depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2018, le nouveau président mexicain a su passer entre les tweets assassins de Donald Trump en acceptant, sous la menace, de déployer 15 000 soldats le long de sa frontière pour empêcher les migrants de passer vers les États-Unis.

►À lire aussiLe Mexique déploie 15000 soldats à sa frontière avec les États-Unis

Aucune annonce n'a été faite durant cette visite de Lopez Obrador, venu célébrer le nouvel accord de libre-échange entre les États-Unis, le Mexique et le Canada en remplacement de l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain). Une visite qualifiée de « capitulation » par son opposition. De son côté, le Premier Canadien Justin Trudeau a préféré décliner.

À écouter : Au sud du Mexique, l’autre mur de Trump

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.