Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

A la Une: Donald Trump débouté par la Cour suprême

La Cour suprême des Etats-Unis, située à Washington, le 9 juillet 2020.
La Cour suprême des Etats-Unis, située à Washington, le 9 juillet 2020. AP/Andrew Harnik

Publicité

La Cour suprême américaine a validé la demande d’un juge new-yorkais qui réclame les déclarations d’impôts du président Donald Trump. « La justice a décidé que le président n’était pas au-dessus des lois », titre ce matin le Washington Post, ou encore « La justice rejette les demandes d’immunité de Trump » en Une du New York Times. Et c’est le minimum que pouvaient attendre les Américains, estime l’éditorialiste du quotidien new-yorkais. Ça, c’est pour ce qui est des bonnes nouvelles, explique-t-il. La mauvaise c’est que le président a encore une fois trouvé comment se jouer du système juridique. Car la Cour suprême a bloqué pour l’instant le transfert de ces documents au Congrès. Cela signifie que les Américains iront voter en novembre sans savoir ce que cachent ces fameuses déclarations.

L’éditorialiste du Washington Post ose quant à lui une comparaison de cette décision avec la sortie prochaine du livre de Mary Trump, la nièce du président. Un livre qui détaille comment Donald Trump a fait usage de subterfuges pour se hisser au niveau où il est, et comment il a toujours été à même de se protéger des conséquences de ses actes. Cette fois, explique l’éditorialiste, il bénéficie de la protection suprême, malgré cette décision des juges.

La Californie porte plainte contre le gouvernement

L’État de Californie a décidé d’attaquer en justice la décision de l’administration Trump de révoquer les visas pour les étudiants étrangers dont les cours resteront virtuelles à la rentrée. C’est le premier État américain à intenter une action en justice dans ce dossier. Auparavant, deux universités – Harvard et le MIT – lui avaient emboîté le pas. Cette décision, explique USA Today, est tout simplement jugée illégale par Xavier Becera, le procureur de l’État de Californie.

« Honte au gouvernement Trump de non seulement menacer les chances des étudiants d’aller à l’université, mais aussi leur santé et leur bien-être » en les obligeant à assister physiquement à des cours collectifs malgré la pandémie de Covid-19, écrit notamment Xavier Becerra dans un communiqué. Le procureur qui a tenu également a rappelé qu’il s’agissait-là de la 86e procédure contre l’administration Trump.

Les professeurs en Californie contre la reprise des cours en salles

Le principal syndicat de professeurs demande que les écoles ne rouvrent pas au mois d’août. Étant donné la progression de l’épidémie de Covid-19, un retour dans les salles de classe à la mi-août dans le comté de Los Angeles n’est tout simplement pas envisageable expliquent les dirigeants de ce syndicat dans les colonnes du LA Times.

Un syndicat qui doit prochainement publier une note dans laquelle il compte détailler pourquoi les protocoles de retour en salles ne sont pas applicables. C’est donc vers une reprise des cours virtuelle que se dirigent les étudiants californiens. Et plus vite la décision sera prise explique le syndicat plus vite les familles pourront s’organiser.

La présidente de la Bolivie positive au Covid-19

Après le test positif du président brésilien Jair Boslonaro au Covid-19, c’est au tour de la présidente par intérim de la Bolivie d’annoncer qu’elle a également contracté le coronavirus. Même si elle dit se sentir bien et forte, Jeanine Añez va respecter une période de quarantaine de deux semaines peut-on lire en Une de Los Tiempos. Dans un message vidéo, Jeanine Añez explique avoir décidé de passer un test, car les cas positifs se multipliaient dans le pays. Trois autres membres du gouvernement sont ou ont également été atteints : la ministre de la Santé, celui des Mines et celui de la présidence.

Autre dirigeant sud-américain qui a également annoncé être positif, c’est le numéro deux du régime au Venezuela Diosdado Cabello. Lui aussi va respecter une quarantaine, explique El Nuevo Herald. Le président Nicolas Maduro s’est fendu d’un message à son intention lors d’une allocution télévisée, lui assurant son soutien et sa solidarité avec sa famille. Le Venezuela, où, comme en Bolivie, les cas de coronavirus ont connu une forte augmentation ces derniers jours.

Justin Trudeau visé par une enquête pour conflits d’intérêts

Le commissaire à l’éthique canadien a décidé d’ouvrir une enquête au sujet d’allégations de conflit d’intérêts potentiel concernant le Premier ministre Justin Trudeau. Des membres de la famille du Premier ministre ont été payés par un organisme de charité qui avait été choisi par le gouvernement fédéral pour gérer un programme de bourses de 900 millions de dollars canadiens. L’accord a été annulé la semaine dernière explique Le Devoir à cause de la controverse sur les liens entre Justin Trudeau et l’organisme de bienfaisance de Toronto, UNIS.

Il faut préciser que la mère du Premier ministre a été payée 250 000 dollars canadiens pour 28 apparitions à des événements et son frère 32 000 dollars pour huit événements. Même si UNIS affirme que « Justin Trudeau n’a jamais été payé pour des discours ou tout autre sujet », l’affaire est suffisamment grave pour qu’une enquête soit diligentée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.