La grâce de Roger Stone par Trump fait polémique jusque dans le camp républicain

Roger Stone lors de son arrivée au tribunal de Washington le 7 novembre 2019.
Roger Stone lors de son arrivée au tribunal de Washington le 7 novembre 2019. AP Photo/Cliff Owen

Après l’intervention de Donald Trump vendredi 10 juillet pour éviter la prison à son ami Roger Stone, beaucoup y voient une atteinte à la démocratie et l’indépendance de la justice.

Publicité

Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki

En annonçant sa décision un vendredi soir, Donald Trump espérait peut-être faire moins de bruit. C’est raté. Depuis hier, l’information tourne en boucle sur les médias américain et les réactions critiques se multiplient.

Le président américain a commué la peine de prison de son ami et conseiller de longue date Roger Stone. Reconnu coupable d’avoir notamment menti au Congrès dans l’enquête sur l’ingérence russe, l’avocat devait entamer ses 40 mois de prison mardi.

L’intervention de Donald Trump ne fait pas l’unanimité, même dans le camp républicain. Mitt Romney, qui s’est déjà montré critique à l’égard du président à plusieurs reprises, parle d’un acte de corruption historique sans précédent.

Mêmes réactions chez les démocrates. Nancy Pelosi appelle le Congrès à mettre en place des lois pour éviter ce genre de pardon présidentiel. Joe Biden, le candidat démocrate à l'élection présidentielle parle lui d’abus de pouvoir. « Donald Trump pense qu’il est au dessus des lois », écrit-t-il. Adam Schiff, l’un des démocrates ayant mené l’enquête en destitution du président américain, estime que Donald Trump vient de montrer qu’il existe « deux systèmes de justice : un pour ses amis criminels, un autre pour le reste du pays. »

De son côté, Donald Trump maintient que Roger Stone a été « victime d’une chasse aux sorcières ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail