Accéder au contenu principal

Coronavirus aux États-Unis: «Nous sommes sûrs que le virus est largement répandu»

À Miami au North Shore Medical Center, une ambulance arrive avec un malade tandis qu'un corbillard sort de l'hôpital, le 14 juillet 2020
À Miami au North Shore Medical Center, une ambulance arrive avec un malade tandis qu'un corbillard sort de l'hôpital, le 14 juillet 2020 REUTERS/Maria Alejandra Cardona
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Pas d’accalmie sur le front du coronavirus aux États-Unis. La pandémie est toujours hors de contrôle dans de nombreux États comme en Arizona, en Floride ou au Texas.

Publicité

Dans un râle d’épuisement devant son hôpital de Phoenix, le docteur Akhtar ne cache plus sa colère. Tous les jours cet urgentiste soigne les malades les plus graves du Covid-19 dans son unité de réanimation saturée aux premières loges pour observer l’explosion du coronavirus en Arizona.

Un déconfinement trop rapide en Arizona

« Tout cela aurait pu être évité » confie-t-il à notre envoyé spécial en Arizona, Éric de Salve. Car au début de la pandémie, l’Arizona faisait figure de bon élève. Tout a basculé en mai quand le gouverneur républicain a lancé le déconfinement. C’était « trop tôt » selon Murtaza Akhtar du Valleywise Medical Center de Phoenix : « Après avoir décrété le confinement. Dès que les chiffres ont commencé à être bons, le gouverneur a lancé le déconfinement sans attendre d’avoir toutes les données. C’est ça le problème. Et quand le gouverneur a annoncé que c’était le moment de rouvrir l’économie, tout le monde s’est dit : "Ok, c’est bon maintenant !" »

►À lire aussi : États-Unis: face à une reprise du Covid-19 en Arizona, la colère de proches de victimes

En Arizona, 1/4 des tests sont positifs au Covid-19. C’est le taux le plus élevé des États-Unis. Si les cas de coronavirus augmentent, c’est uniquement parce que les tests augmentent, affirme en boucle Donald Trump. Mais pour le Dr. Akhtar, ce n’est pas si simple : « Le chiffre qui compte vraiment c’est le pourcentage de tests qui reviennent positifs. Chez nous cette fraction est si élevée que nous sommes sûrs que le virus est largement répandu. Ça veut probablement dire qu’il y a 10 fois plus de cas que ceux que nous avons diagnostiqué. »

Et pour sortir l’Arizona de cette spirale, le Dr. Akhtar demande aux autorités de rendre au plus vite le port du masque obligatoire. Ce que refuse toujours le gouverneur.

En Floride, trop de cas pour pouvoir traquer les contacts

Mais l’Arizona n’est pas le seul État dont les chiffres de contaminations sont inquiétants. La Floride a aussi été un des États à avoir annoncé très rapidement son déconfinement. Les autorités sanitaires de cet État doivent maintenant faire face à un nombre toujours plus élevé de malades, mardi, 9 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en une journée. Et le nombre de décès a atteint un nouveau record le même jour avec 132 morts pour seulement la journée de mardi.

Si le nombre de malades monte en flèche, c'est aussi parce qu'une large campagne de test a été déployée dans l'État. Mais une fois les cas positifs identifiés, il est souvent difficile de tracer les personnes avec lesquelles ils ont été en contact : « Le problème, c'est qu'il y a tellement de personnes déclarées positives qu'il nous est impossible de retracer la chaîne des contaminations, explique le médecin Frederick Southwick, spécialiste des maladies infectieuses à Gainesville au micro de Cécile Da Costa. Parce que chaque individu a entre en contact avec 50 voire 100 personnes dans la période où ils peuvent contracter le virus. »

►À lire aussi : États-Unis: fragilisés par le Covid-19, les hôpitaux font apparaître les failles du système de santé

Pourtant ce dernier reste convaincu de l’efficacité de la politique de tests importantes dans l‘État : « En Floride, je pense qu'il y a suffisamment de test réalisés sur les habitants. La preuve: il est recommandé pour un État que le taux de cas positifs ne dépasse pas 5 ou 6 % de sa population. Ici en Floride, nous avons atteint 15 % de cas positifs - maintenant nous sommes redescendus à environ 11 %, Les tests fonctionnent et identifient les personnes contaminées. »

Une impréparation globale 

Mais au niveau fédéral, la situation est globalement de plus en plus compliqué. Les États-Unis ont enregistré 63 262 nouvelles infections au coronavirus en une journée mardi, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

►À lire aussi : Coronavirus aux États-Unis: les contaminations montent en flèche, notamment dans le sud

Megan Ranney, médecin urgentiste à Rhode Island pour une ONG, estime que certaines régions américaines n’arrivent plus à gérer la crise sanitaire : « Au Texas, dans l'Arizona à Phoenix, dans certaines régions de Floride, il y a une augmentation énorme de cas de Covid-19. Il n'y a pas assez de lits disponibles dans les hôpitaux, il n'y a pas assez de tests, il n'y a pas assez d'équipement de protection... Les hôpitaux de Houston, au Texas, sont saturés. Ils font revenir les camions réfrigérés pour soulager les morgues, précise Megan Ranney au micro de Cécile Da Costa. Et le nombre de cas continue d'augmenter parce que certains de ces États n'ont pas encore mis en place les mesures de santé publique nécessaires. »

L’urgentiste reste sidérée par le manque de préparation des autorités américaines face à l’arrivée du coronavirus : « Mes amis et collègue à travers le pays prévoient que la situation va continuer de s'aggraver au cours des prochaines semaines, et ce jusqu'à ce que les choses changent, alerte-t-elle. C'est tellement frustrant et déconcertant de voir qu'on se retrouve à nouveau dans cette situation et qu'encore une fois ça n'ait pas été anticipé. »

La Californie fait marche arrière

Face à cette tendance, certains États ont fait marche arrière sur l'ouverture de leurs commerces et services, comme la Californie, et nombre d'entre eux ont rendu le port du masque obligatoire dans les lieux publics.

Dieu ne nous demande pas d’être au même endroit regardant tous dans la même direction au même moment, en particulier si un risque existe pour les plus vulnérables. Les chrétiens qui se rassemblent seulement pour bomber le torse, sans prendre soin de ceux qui en ont besoin, ne suivent pas les évangiles selon moi.

Reportage - La Californie ferme ses lieux de culte

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.