Accéder au contenu principal

Le Pérou se déconfine peu à peu et réactive progressivement son économie

A Lima, dans un centre commercial de Lima le 22 juin 2020.
A Lima, dans un centre commercial de Lima le 22 juin 2020. REUTERS/Sebastian Castaneda
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Ce mercredi, les vols nationaux et transports interprovinciaux ont repris, après quatre mois de paralysie totale. Un redémarrage très attendu par les acteurs du secteur et par des milliers de Péruviens bloqués dans la capitale depuis le début du confinement mi-mars. Le virus continue de circuler et le Pérou est le deuxième pays le plus touché d'Amérique latine, derrière le Brésil. Pour la troisième fois, le ministre de la Santé a été changé.

Publicité

De notre correspondante à Lima, Wyloën Munhoz-Boillot

Dans le terminal terrestre de Lima Nord, le plus grand terminal de bus de la capitale, les files d’attentes devant les guichets sont interminables. Certains sont là depuis l’ouverture, comme cette jeune femme qui cherche à rentrer chez elle, auprès de sa famille qu’elle n’a pas vue depuis 4 mois. « Je m’étais inscrite sur les vols humanitaires organisés pendant le confinement, dit-elle, mais je n’ai pas pu en bénéficier. Donc j’espère pouvoir rentrer cette fois et retrouver mon mari et mes enfants. »

A quelques mètres devant elle, une grosse valise à la main, un homme d’une cinquantaine d’années vient tout juste d’acheter un billet pour rendre visite à son père malade, mais il a dû mettre le prix : « Je vais voir mon père qui vit seul. Il est diabétique et comme personne ne s’est occupé de lui pendant le confinement, je dois lui rendre visite. Mais les prix ont augmenté. Généralement je paye 40 soles le trajet, maintenant c’est 60 soles. »

Augmenter les prix, une mesure nécessaire pour compenser les pertes de ces derniers mois, selon ce gérant d’une compagnie de bus : « En 4 mois on a perdu au moins 1 million de dollars de chiffre d’affaires. Ça a occasionné des retards dans le paiement des bus et de notre personnel, donc on doit augmenter les prix si on veut relancer notre activité. »

La reprise des transports de passagers est jugée essentielle dans la réactivation économique du Pérou, où 10 % de l’économie dépend de ce secteur.

La valse des ministres de la Santé

Le président du Pérou, Martin Vizcarra, a procédé à un nouveau remaniement de son gouvernement ce 14 juillet. Il a changé 11 des 18 membres, dont le ministre de la Santé, la troisième personne à la tête de ce portefeuille depuis l'irruption de la pandémie de coronavirus dans le pays il y a quatre mois.

Le départ de Victor Zamora, qui avait été fortement critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire, est en effet le changement le plus notable de ce remaniement. Il est remplacé par Pilar Mazzetti. Cette neurologue de renom et ancienne ministre a jusqu'à présent dirigé le commandement Covid-19 qui conseille le gouvernement dans la lutte contre cette épidémie.

Au poste de Premier ministre, le chef de l'État a nommé Pedro Cateriano, un avocat libéral qui a déjà occupé ce poste sous le gouvernement Ollanta Humala (2011-2016).

Deuxième pays d'Amérique latine le plus touché par le virus après le Brésil, le Pérou compte officiellement 12 229 décès du Covid-19 mais les détracteurs de M. Zamora assurent que le nombre réel est supérieur à 30 000. Le pays andin a enregistré mercredi un record de plus de 12 048 patients hospitalisés pour une infection au Covid-19, a rapporté le ministère de la Santé. Il s'agit de 86 hospitalisations supplémentaires par rapport à la veille.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.