Accéder au contenu principal

Covid-19: des soignants portent plainte contre Bolsonaro pour crime contre l’humanité

Le président brésilien lors d'une visite à la députée Bia Kicis, membre de son ancien parti, le 25 juillet 2020 à Brasilia.
Le président brésilien lors d'une visite à la députée Bia Kicis, membre de son ancien parti, le 25 juillet 2020 à Brasilia. REUTERS/Adriano Machado

Les professionnels de santé d’un réseau syndical qui représente plus de 60 organisations et plus d'un million de travailleurs du secteur ont porté plainte dimanche 26 juillet contre Jair Bolsonaro devant la Cour pénale internationale. Il s’agit de la quatrième plainte devant le tribunal de La Haye visant le président brésilien et sa gestion de la pandémie de coronavirus. Il est aussi visé pour « incitation au génocide » de la population indigène.

Publicité

De notre correspondante à Rio de Janeiro,

« Jair Bolsonaro continue de nier la gravité de la pandémie », dénonce un réseau de syndicats de soignants devant la Cour pénale internationale (CPI).

« Le président Bolsonaro fait une campagne permanente contre les mesures d’isolement social, de protection, de soutien aux groupes les plus vulnérables, explique Márcio Monzane, le secrétaire régional des professionnels de santé UNI Américas, une des entités qui a déposé la plainte. Il a essayé plus d’une fois d’empêcher la mise en œuvre des aides d’urgences apportées aux travailleurs qui ont perdu leur emploi. »

Mépris des risques

Le texte souligne que depuis quatre mois, Jair Bolsonaro défend la reprise des activités, s’adonne régulièrement à des bains de foule et fait la promotion de la chloroquine, le tout au mépris des avis des scientifiques. À travers la plainte, les soignants espèrent aussi attirer l’attention sur leur situation. « Nous comptons déjà plus de 500 morts parmi les professionnels de santé à cause du coronavirus, poursuit Márcio Monzane. C’est un chiffre assez élevé et effrayant. Et ils ont des demandes très claires : « des équipements de protection et des masques. »

Enfin, les auteurs de la plainte rappellent qu’après la démission de deux ministres de la Santé, ce sont désormais des militaires qui occupent les principaux postes du ministère, sans avoir une expérience quelconque dans le domaine de la santé.

►À lire aussi : Brésil: malgré le coronavirus, le président Jair Bolsonaro regagne en popularité

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.