Accéder au contenu principal

Coronavirus: les Chiliens ont commencé à puiser dans leur épargne retraite

Des habitants de Santiago font la queue le 30 juillet pour débuter la préocédure leur permettant de puiser jusqu'à 10 % de leur épargne retraite pour faire face à la crise économique due au coronavirus.
Des habitants de Santiago font la queue le 30 juillet pour débuter la préocédure leur permettant de puiser jusqu'à 10 % de leur épargne retraite pour faire face à la crise économique due au coronavirus. MARTIN BERNETTI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Depuis ce jeudi 30 juillet, près de 11 millions de Chiliens peuvent puiser dans leur épargne retraite obligatoire, pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie, qui dure depuis mars dans le pays. Cette mesure très populaire a été adoptée sur le fil du rasoir au congrès, contre l'avis du gouvernement de droite au pouvoir, mené par Sebastian Piñera. Certains au Chili espèrent que cela mènera à la fin du système de retraites par capitalisation hérité de la dictature de Pinochet.Une majorité des habitants a déjà commencé les démarches pour puiser dans cette épargne retraite.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

Devant les bureaux de ce fonds de pension privé, dans le centre historique de la capitale chilienne, des dizaines de personnes, toutes masquées, sont venues demander des informations pour récupérer une partie de leur épargne retraite individuelle et obligatoire.

C'est le cas de Gary Lozada, 41 ans, un Péruvien sans emploi depuis avril : « C'est très difficile en ce moment, je survis avec mes indemnités chômage. » Les petits cotisants comme lui pourront retirer une part très importante de leur épargne retraite, environ 60 % dans son cas. Gary s'en servira pour les dépenses du quotidien.

Retraites faibles

D'autres, qui ont cotisé plus longtemps, comme Manuel Toledo, pourront retirer environ 10 % de leur épargne retraite. Ce Chilien d'une cinquantaine d'année va faire toutes les démarches via Internet : « Je vais m'en servir pour payer des dettes, qui n'ont fait que grandir à cause de la pandémie. Presque 90 % ira au remboursement de mes emprunts et factures. Ça m'enlève un poids ! »

D'après plusieurs sondages, plus de 8 Chiliens sur 10 sont favorables à cette réforme. Sans compter que le système de retraites actuel, hérité de la dictature du général Pinochet, est très impopulaire aujourd'hui, car les retraites versées sont extrêmement faibles.

À lire aussi : Coronavirus: au Chili, l'Assemblée vote le droit de puiser dans leur épargne-retraite

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.