Accéder au contenu principal

Coronavirus: le Pérou passe le cap des 20000 morts

Des gens font la queue avec leurs bouteilles d'oxygène vides pour les remplir dans un magasin du quartier de San Juan à Lima, le lundi 3 août, afin de porter secours à des proches atteints par le coronavirus.
Des gens font la queue avec leurs bouteilles d'oxygène vides pour les remplir dans un magasin du quartier de San Juan à Lima, le lundi 3 août, afin de porter secours à des proches atteints par le coronavirus. AP Photo/Martin Mejia
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le Pérou, qui compte désormais près de 500 000 cas de coronavirus, a passé mardi le cap des 20 000 morts, ce qui en fait l’un des 10 pays les plus touchés par la pandémie dans le monde. De multiples facteurs sont en cause.

Publicité

Avec notre correspondante à Lima, Wyloën Munhoz-Boillot

Au Pérou, depuis la fin de la quarantaine généralisée en juillet, le nombre de morts dus au coronavirus n’a cessé d’augmenter pour atteindre en moyenne 200 décès par jour.

Pour Farik Matuk, ex-membre du comité d’experts Covid du ministère de la Santé et ancien directeur de l’Institut national des statistiques (INEI), cette hausse est clairement liée au déconfinement et au redémarrage de certaines activités économiques le mois dernier.

« Lorsqu’on a décidé de réactiver l’économie comme les transports inter-provinciaux de passagers, Lima, qui est l’épicentre de l’épidémie a exporté les personnes infectées, ce qui a causé de nombreux décès dans les régions et provinces jusqu’ici épargnées », estime-t-il.

À lire aussi : Coronavirus: les autorités accusées de mauvaise gestion dans le sud du Pérou

Avec 600 morts par million d’habitants, le Pérou figure parmi les 5 pays avec le taux de mortalité le plus élevé au monde, devant le Brésil et les États-Unis, selon les données de la Johns Hopkins University (JHU). Sans compter que le bilan actuel ne prend pas en compte les 30 000 morts « probables » du coronavirus qui font actuellement l’objet d’une enquête de la part du ministère de la Santé.

Pour l’infectiologue Ciro Maguiña, cette forte mortalité s’explique non seulement par les défaillances du système de santé péruvien, mais aussi par d’importantes comorbidités au sein de la population péruvienne.

« L’obésité a particulièrement augmenté ces dernières années au Pérou, explique-t-il. Et au nord du pays, où le système de santé s’est effondré, il y a aussi un nombre important de personnes atteintes de diabète. Et c’est ce qui, selon moi, fait que nous avons une mortalité si élevée aujourd’hui. »

En effet, sur les 20 000 morts du coronavirus recensés jusqu’ici au Pérou, 85% étaient obèses, 43% diabétiques et 27% souffraient d’hypertension selon le ministère de la Santé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.