Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

À la Une: Trump impose des droits de douane sur l'aluminium canadien

Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 3 août 2020.
Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 3 août 2020. AP Photo/Alex Brandon
4 mn

Publicité

La décision du président américain suscite de nombreuses réactions au Canada. D’après certains journaux comme le Globe and Mail c’est le début d’une nouvelle guerre commerciale. Pour le quotidien canadien, le président américain a pris cette décision pour des raisons purement électorales. « Nous sommes à trois mois de l’élection présidentielle », rappelle le journal. « Et Donald Trump a toujours accusé d’autres pays d’être responsables du déclin de l’industrie américaine. Cela fait partie de sa stratégie électorale », ajoute The Globe and Mail.

La réaction du gouvernement canadien

« Une annonce injustifiée et inacceptable », a fait savoir la vice-Première ministre canadienne, Chrystia Freeland, citée par le Journal de Montréal. « Le gouvernement du Québec demande aux autorités fédérales de riposter en imposant des tarifs sur des produits américains ».

Selon la Chambre de commerce du Canada, « les exportations canadiennes d'aluminium ne représentent absolument aucune menace pour la sécurité nationale des États-Unis ». Bien au contraire : « l'aluminium canadien constitue un élément essentiel de la base industrielle de défense américaine et joue par conséquent un rôle essentiel dans nos objectifs communs de défense et de sécurité », d’après la Chambre de commerce du Canada.

Comment distribuer l’aide pour le Liban ?

Alors que l’aide internationale arrive au Liban, le gouvernement canadien a déclaré que l’argent ne serait pas directement versé aux autorités libanaises. D’après le journal Le Devoir, « le Canada se dit très au fait des problèmes de corruption qui affligent le Liban et c’est pour cette raison qu’il n’a pas l’intention d’envoyer d’aide directe au gouvernement » après les explosions meurtrières de mardi dernier. La ministre du Développement international avait assuré que son pays était prêt à envoyer de l’aide au Liban. Mais, selon la ministre, il devrait y avoir des réformes fiscales et politiques significatives pour s'assurer que cette aide bénéficie bien au peuple libanais.

Aux États-Unis, le coronavirus se propage dans les zones rurales

C'est le cas au Mississipi où les patients Covid sont mis sur liste d’attente pour être traités dans une unité de soins intensifs. En fait, d’après le Washington Post, le Mississipi recense actuellement le taux le plus élevé de tests positifs par rapport à la population au niveau national. Ce qui met en exergue que le virus n’est pas seulement un problème urbain mais se propage de plus en plus dans les zones rurales. Là-bas, beaucoup de gens ignorent qu’ils ont été contaminés, ce qui contribue à la propagation du virus. Dans ces zones rurales il n’est pas facile de retracer les chaînes d'infections, estime le Washington Post.

Festival de moto dans le Dakota du Sud

Et en pleine pandémie, plus de 200 000 visiteurs sont attendus ce vendredi à un rallye moto dans le Dakota du Sud. C’est l’un des plus importants rendez-vous de motards au monde, selon le Washington Post. Le maire de la petite commune de Sturgis qui devient pendant 10 jours « City of Riders » (« la ville des motards »), appelle à la responsabilité de chacun. Mais il précise qu’il n’y a aucune obligation formelle à porter un masque. « On ne peut pas empêcher les gens de venir », a déclaré le maire de Sturgis dans une interview avec la chaîne CNN.

Le Mexique franchit le seuil des 50 000 morts liés au Covid

Le Mexique est le troisième pays le plus endeuillé du monde derrière les États-Unis et le Brésil. « Il ne faut pas oublier que derrières les chiffres, les statistiques et les courbes se jouent des drames humains indescriptibles », écrit l’éditorial du journal El Universal. Plus de 50 000 personnes décédées depuis l’apparition du premier cas le 28 février dernier. Á chaque mort supplémentaire, l’opinion publique semble de moins en moins étonnée, ajoute El Universal. Selon le président Andrés Manuel López Obrador le pire est passé, mais la vérité est que cette pandémie n’est pas encore maîtrisée dans le pays. Il est vrai, poursuit l’édito, nous avons tous, citoyens et responsables politiques, commis des fautes pour en arriver là. Mais une question reste et elle sera posée sans cesse : qui doit rendre des comptes pour tous ces morts ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.