Accéder au contenu principal

Coronavirus: près de 1600 migrants Haïtiens bloqués dans des camps au Panama

Le camp de La Penita, province de Darien, Panama, le 6 août 2020, où des centaines de migrants restent bloqués au milieu de la pandémie du coronavirus.
Le camp de La Penita, province de Darien, Panama, le 6 août 2020, où des centaines de migrants restent bloqués au milieu de la pandémie du coronavirus. MAURICIO VALENZUELA / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Avant la pandémie, le Costa Rica, frontalier du Panama, permettait le passage d’une centaine de migrants chaque jour. Mais la frontière est désormais fermée. Parmi les migrants, près de 1 600 Haïtiens ont été surpris par la pandémie et vivent parqués dans des conditions déplorables dans la jungle à proximité de la frontière colombienne.

Publicité

Le confinement et la promiscuité ont mis la tension à son comble dans ces camps de fortune. Un Haïtien qui souhaite rester anonyme affirme vivre un enfer au quotidien.

« Ici, ce n'est pas une vie, lâche-t-il. Ici, ce n'est pas un endroit pour que nous les migrants vivent. Il n'y a pas de latrines, – excusez-moi de cette discussion –pour faire nos besoins. Et depuis le premier août jusqu'à aujourd'hui, il n'y a pas d'hôpital. On doit aller passer du temps devant l'immigration pour les supplier comme des chiens avant qu'ils acceptent de nous prendre pour aller dans les hôpitaux. »

Pour le moment, ces migrants n'ont aucune idée de quand ils pourront reprendre la route. La semaine dernière, la tension est montée d'un cran avec la police panaméenne qui surveille les camps.

« Nous ne pouvons aller nulle part parce que les gardiens nous surveillent 24h/24, ajoute le jeune homme. Pour moi, on nous traite comme des esclaves, des bêtes sauvages. Ici, les gens sont à bout puisque toutes les économies sont déjà passées. Il y a des gens qui ont déjà cherché à se suicider à cause de cette situation. »

La Cour interaméricaine des droits de l’homme a demandé une aide internationale d’urgence, exigeant que le Panama respecte les droits de ces migrants massés dans ces camps aux allures de cocotte-minute.

► À lire aussi : Coronavirus: plus de 2000 migrants bloqués au Panama

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.