Accéder au contenu principal

Convention démocrate: le discours attendu et redouté d'Alexandria Ocasio-Cortez

Bernie Sanders aux côtés d'Alexandria Ocasio-Cortez le 10 février 2020 à Durham dans le New Hampshire.
Bernie Sanders aux côtés d'Alexandria Ocasio-Cortez le 10 février 2020 à Durham dans le New Hampshire. REUTERS/Mike Segar
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La convention démocrate se poursuit mardi 18 août. Au deuxième jour du rendez-vous politique, Jill Biden, la femme du candidat Joe, doit s'exprimer, tout comme l'ancien président américain Bill Clinton. Mais c'est le discours de la députée progressiste Alexandria Ocasio-Cortez qui est le plus attendu, pas forcément pour les bonnes raisons.

Publicité

L'ambiance est terne et la convention démocrate, commencée lundi 17 août, devient assez vite ennuyeuse. L'épidémie de coronavirus a imposé qu'elle se tienne en visioconférence. Du coup, chaque intervenant a vu la durée de son intervention sévèrement réduite.

Pour certains, cela frise le ridicule : la députée progressiste et étoile montante des démocrates, Alexandria Ocasio-Cortez, n'aura ainsi droit qu'à une minute de temps de parole ce 18 août, au deuxième jour de la convention. Sans surprise, l'aile gauche du parti proteste, considérant cela comme une insulte pour elle et les idées qu'elle représente.

► À lire aussi : «Rassembler l'Amérique» pour battre Trump, le programme de la convention démocrate

Une cible facile pour le camp républicain ?

Alexandria Ocasio-Cortez, elle, s'est amusée de la situation sur Twitter en postant un poème intitulé « Je n’ai qu’une minute ». Une sortie qui a d'ailleurs occasionné des retrouvailles touchantes avec l'institutrice qui lui apprenait ces poèmes en primaire. Celle-ci n'a pas manqué de lui apporter son soutien.

Alors, pourquoi seulement une minute de temps de parole ? Peut-être les organisateurs craignent-ils que la députée, qui ne mâche pas ses mots, soit une cible facile du camp républicain. Lundi 17 août, quelques heures avant que John Kasich, républicain anti-Trump, prenne la parole lors de la convention, Alexandria Ocasio-Cortez n'a pas manqué de saluer sa présence tout en dénonçant l'« extrémisme anti-avortement » de l’ancien gouverneur d’Ohio. « Construisons des ponts mais ne perdons le sens de nos valeurs », a-t-elle rappelé.

Bref, si l'élue âgée de 30 ans s'en tient, comme l'annonce le Washington Post, à une minute de défense du sénateur Bernie Sanders, qui était son candidat lors de la primaire, cela arrangera certainement ceux qui ont fixé son temps de parole.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.