Accéder au contenu principal
Portrait

Présidentielle américaine: Jill Biden, «la colonne vertébrale» de Joe Biden

Jill Biden, l'épouse du candidat démocrate à la présidentielle américaine, dans une vidéo diffusée en ligne en clôture de la 2e journée de la convention démocrate de Milwaukee, le 18 août 2020.
Jill Biden, l'épouse du candidat démocrate à la présidentielle américaine, dans une vidéo diffusée en ligne en clôture de la 2e journée de la convention démocrate de Milwaukee, le 18 août 2020. DEMOCRATIC NATIONAL CONVENTION / AFP

Lors du deuxième jour de la convention démocrate ce mardi 18 août, Jill Biden a clos la soirée. Mariée depuis 43 ans à celui qui brigue aujourd’hui la présidence des États-Unis, elle connaît parfaitement bien les rouages de la politique américaine. Mais jusqu'à présent l'épouse de Joe Biden s'est toujours tenue à l'écart des projecteurs, préférant sa propre carrière d’enseignante. À 69 ans, elle se dit aujourd'hui prête à occuper la place de première dame des États-Unis.

Publicité

Dans les toilettes de l'école où elle enseigne la littérature anglaise, Jill Biden enfile à toute vitesse une robe de soirée et des chaussures à talon pour rejoindre une réception à la Maison Blanche. On est en 2009 et Jill Biden est la première épouse d'un vice-président américain à avoir gardé son emploi. Michelle Obama se souvient d'elle assise à bord d'Air Force 1 avec un tas de copies de ses élèves à corriger. « Être enseignante, ce n’est pas ce que je fais, mais qui je suis », écrit Jill Biden dans ses mémoires. Et ce mardi 18 août 2020, c’est encore depuis une salle de classe dans laquelle elle a enseigné que l’épouse du candidat démocrate s’adresse aux Américains. Une salle de classe vide et silencieuse, témoin de l’épidémie de coronavirus qui frappe durement les États-Unis.

Après toutes les personnalités politiques qui ont apporté leur soutien à Joe Biden, la mission de son épouse, ce soir-là, est de dépeindre le portrait de l’homme, du mari, du père que le destin n’a pas ménagé : veuf à 34 ans après un tragique accident de la route qui a coûté la vie à sa première épouse et à leur fille, puis la mort de leur fils, Beau, à l’âge de 46 ans d’un cancer du cerveau.

« Comment rassembler une famille brisée ? De la même manière que l’on rassemble une nation : avec amour et compréhension, avec de petits gestes de gentillesse, avec bravoure, avec une fois inébranlable », dit-elle face caméra avant de poursuivre : « C’est exactement ce que nombre d’entre vous font en ce moment pour vos proches, même pour des gens que vous ne connaissez même pas, pour vos communautés. Certains voudraient nous faire croire que notre pays est désespérément divisé, que nos différences sont irréconciliables. Mais ce n’est pas ce que j’ai vu à travers le pays ces derniers mois. Nous avons démontré que le cœur de cette nation bat toujours. » Et Jill Biden de conclure : « Les fardeaux que nous portons sont lourds. Nous avons besoin de quelqu’un aux épaules solides. Je sais que si nous confions cette nation à Joe, il fera pour votre famille ce qu’il a fait pour la nôtre : nous rassembler. »

Liens avec la communauté hispanique

À travers ce discours tenu lors de la convention démocrate ce mardi, Jill Biden remplit à la perfection son rôle d’épouse. Cela fait 43 ans que les Biden sont mariés et forment un couple fusionnel. Jill Biden n’aime d’ailleurs pas être considérée comme conseillère politique de son mari. Mais force est de constater que dans cette campagne présidentielle, elle s’implique comme dans aucune des nombreuses autres menées par son mari durant sa longue carrière politique.

Pour la première fois depuis la naissance de leur fille Ashley, Jill Biden a suspendu son activité d’enseignante. Elle a participé au choix de la vice-présidente, Kamala Harris, elle tient des dizaines de meetings virtuels et tisse des liens avec une communauté hispanique qui se montre encore réticente à voter pour son mari.

Rêve des syndicats enseignants

Si Joe Biden remporte l’élection le 3 novembre, nul ne doute que Jill Biden sera une première dame bien plus active que l’est Melania Trump. Certains syndicats d’enseignants rêvent même déjà de la voir initier une réforme du système américain de l’éducation. Et pour cause : Jill Biden, réputée pour son côté empathique et chaleureux, est aussi connue pour sa persévérance et sa volonté de fer.

En témoigne son doctorat en Sciences de l’éducation qu’elle a mis 15 ans à décrocher tout en s’occupant de la famille, de ses élèves et accessoirement de la carrière politique de son mari. « Dr. B », comme l’appellent ses étudiants, a d’ailleurs d’ores et déjà annoncé qu’elle reprendrait son activité d’enseignante, y compris si elle devenait la première dame des États-Unis.

Ce mardi soir, Jill Biden termine son intervention en embrassant son candidat de mari. « Je ne connais personne aussi forte qu’elle, dit Joe Biden ému. Elle a une colonne vertébrale droite comme un i. ».

À lire aussi : Présidentielle américaine: Joe Biden officiellement investi par le Parti démocrate

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.